Archives du mot-clé Fête de la Fraternité

Fête de la Fraternité – Petite revue de presse

Cliquer pour agrandir!

Dauphiné libéré, Mercredi 31 janvier 2018fete

La Tribune, 1 er février 2018 

IMG_20180201_0001_NEW

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

Fête de la Fraternité 2018 – Buis-les-Baronnies (26)

Ce dimanche 28 janvier 2018 a eu lieu la 3 e Edition de la Fête de la Fraternité à Buis-les-Baronnies, dans la Drôme, organisée par la Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme, Ardèche et Vaucluse (CARDAV)… et au-delà!

frater (3 sur 9)

Le succès de cette nouvelle rencontre, festive et grave en même temps, fait plaisir à voir. Il montre la sensibilité d’un public important face à l’exil forcé de populations entières et le désir d’aider d’un grand nombre. Certains visiteurs n’ont pas hésité à faire beaucoup de route pour partager avec nous leurs témoignages et leurs expériences. Nous en sommes très touchés.

Un grand merci à la Municipalité du Buis, qui soutient fortement cette initiative, et qui nous a prêté cette salle magnifique. Merci aux organisateurs du Comité du Buis et de Nyons, qui, avec peu de moyens, mais beaucoup d’imagination,  ont réussi à accueillir plus de 200 personnes et animer agréablement cette fête.

frater (9 sur 9)

Merci à tous les bénévoles attentifs et souriants pour nous servir les gourmandises salées ou sucrées apportées par les généreux pâtissiers du jour, vendues au bénéfice de nos actions envers les réfugiés.

frater (6 sur 9)

Et la fête peut commencer!

Rien de tel que quelques danses provençales et auvergnates pour se dégourdir les jambes et mettre un peu d’ambiance! Puis nous quittons la France pour des musiques d’autres cultures, grecques ou irakiennes… Tous peuvent se joindre à la ronde…

fraternite (4 sur 49)

fraternite (17 sur 49)

fraternite (8 sur 49)

Présentation de la Plateforme
Par Colette Sénéclauze – Secrétaire

Un grand merci pour votre présence cette après-midi pour la 3ème Fête de la Fraternité.

En l’absence de Valérie Rosier, Coordinatrice de la Plateforme, c’est avec Annie Molinet, animatrice du blog, que nous vous parlons du CARDAV : Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme, Ardèche, Vaucluse.

Face à l’afflux de réfugiés venant principalement de pays en guerre, l’Etat français a sollicité l’aide d’organismes, telle que, par exemple la Fédération d’’Entraide Protestante, pour recevoir ces personnes en détresse.

En novembre 2014 un comité d’accueil inter associatif, et de citoyens, s’est constitué à Vinsobres . Le 22 mai 2015, une famille est arrivée d’Erbil ,au Kurdistan irakien, en ayant fui précipitamment la ville de Qaraqosh. Le comité a été confronté à la complexité, la lourdeur administratives, et ensuite, a fait part des procédures aux comités en formation, qui nous demandaient la marche à suivre. Des liens se sont ainsi créés avec ces comités et ont abouti, en février 2016, à la formation de cette Plateforme interdépartementale appelée CARDAV.

Très vite nous avons écrit une Charte commune en février 2016, en nous inspirant du travail mené par le Réseau Hospitalité de Marseille, avec lequel nous gardons un lien. Vous pourrez lire cette Charte affichée sur le panneau situant nos 14 comités. D’autres villes ou villages accueillent aussi des réfugiés, mais il n’y a aucune obligation à faire partie du CARDAV. Nos objectifs sont surtout d’avoir plus de visibilité, plus de poids dans nos actions ; c’est aussi de partager nos expériences pour que l’accueil soit réalisé dans les meilleures conditions possibles…

Pour nous, la phrase la plus importante de la Charte c’est : « Fondamentalement, nous, comités d’accueil, accueillons des réfugiés parce qu’ils sont des êtres humains comme nous, quelles que soient leur origine, leur nationalité, leur religion, leurs convictions ».

A ce jour, nous recevons des Irakiens, des Syriens, des Palestiniens, des Soudanais, des Afghans… Dans les villages et petites villes de la Plateforme, ce sont surtout des familles, avec ou sans l’aide de la municipalité, parfois avec l’aide de l’Etat, avec l’intervention du préfet Brot. Mais cela se fait, quelquefois aussi, malgré l’opposition du maire.

Annie Molinet et Colette Sénéclauze - Plateforme
Annie Molinet et Colette Sénéclauze – Plateforme

Le Blog de la Plateforme
Par Annie Molinet

J’ai créé ce blog début 2016, dès la formation de la Plateforme, comme un outil de communication entre comités, pour partager les informations importantes concernant leurs  activités et d’y archiver nos compte-rendus de réunion, afin qu’ils restent disponibles pour tout un chacun.

Comme Colette l’a souligné, il est important que la Plateforme ait aussi une visibilité publique et j’ajouterai aussi: une transparence absolue sur tout ce que nous faisons. J’espère qu’il remplit bien ces rôles. Malgré l’importance très modeste du blog, nous avons quand même eu environ 20 000 visiteurs depuis 2 ans, de toute la France, de plusieurs pays d’Europe et même de plus loin.

Comme le blog est public et référencé par des mots-clés, n’importe qui dans le monde peut nous trouver sur Internet, en tapant par exemple sur Google les mots « Plateforme réfugiés Drôme… ». On peut aussi retrouver un des articles que nous avons publiés grâce à ces mots-clés enregistrés.

Comme les coordonnées courriel et téléphone de Valérie Rosier (Coordonnatrice de la Plateforme), de Colette Sénéclauze (Secrétaire) et de moi-même (blog), figurent à la fin de chaque article, il nous arrive d’avoir des contacts inattendus de toute le France. Et même de l’étranger, puisqu’une journaliste suédoise spécialisée dans les migrations m’a appelée récemment pour avoir des informations sur Briançon. Je l’ai dirigée vers Michel Rousseau, Tous Migrants, qui à son tour, l’a dirigée vers qui de droit. Elle est actuellement en plein reportage à Briançon.

J‘invite tous les membres des Comités à m’adresser les informations qu’ils souhaitent faire passer à un large public, si possible avec photo (autorisée) ou affiche s’il y a lieu. Les articles doivent être « bons à publier » en l’état. Le blog doit rester un outil de travail et, par principe, nous ne publions pas de pétitions, qui relèvent de la sphère personnelle.

Soury 
Projection d’un film court métrage, de Christophe Switzer

Bernard Cornut nous présente Yves Morard, acteur dans le film, mais, dans la vraie vie œnologue et vigneron à Caromb. Dans le film « Soury » (qui veut dire Syrien en arabe) il joue le rôle de Bob, un vigneron bourru, qui découvre en plein hiver un homme réfugié dans son cabanon, au milieu de ses vignes, au pied du Mont Ventoux… Ce film parle d’humanité: un homme tend la main à un autre homme… Le réalisateur est français (Christophe Switzer, son neveu) mais les autres rôles sont joués par d’authentiques réfugiés syriens, Wassim Majeed et Bassem Kadmani.

Bernard Cornut présente Yves Morard, viticulteur et acteur
Bernard Cornut présente Yves Morard, viticulteur et acteur

Voici ce que l’on peut lire sur le site de présentation du film: « Yves Morard a travaillé 25 ans au Liban dans la plaine de la Béka. Il a participé à la création des caves prestigieuses de Château Kéfraya, Clos Saint Thomas, Kouroum. Là bas il a appris à parler arabe pour communiquer plus facilement avec ses ouvriers. Malgré le conflit Israélo-Libanais, il est resté, il a fait du vin sous les bombes comme il se plait à dire.  En 2001 il rentre en France et reprend les terres de son père au pied du Mont Ventoux. Il crée le domaine du « Clos des Patris » avec son fils, Cyrille Morard, lui aussi œnologue. Il nous accueille sur ses terres et dans sa maison pour le tournage du film. Il jouera Bob, le vigneron bourru et solitaire ». Voir  aussi l’excellente présentation sur France24

L’auditoire a été séduit et ému par ce film très humain. Espérons qu’il ouvre encore beaucoup d’autres cœurs…

Dominique Malvaud nous parle d’Allex (26)

Dominique Malvaud - Allex - Valence
Dominique Malvaud – Allex – Valence

Quand un beau jour d’été 2016, l’évacuation de la « jungle » de Calais a conduit à l’arrivée d’une cinquantaine de  migrants dans un CAO improvisé à Allex, l’accueil politique local n’a pas été cordial, c’est peu de le dire…  Une centaine de militant-e-s du  Front National manifestaient… avec un soutien à peine voilé du maire LR du Maire de Valence et du président de région Laurent Wauquiez. Tandis que 400 Drômois-ses et citoyens d’Allex leur bloquaient l’accès au centre du village et mettaient en place un collectif local de soutien. Article du Monde ICI  ou Le Point  ICI

Le temps a passé, les choses se sont aplanies et grâce aux multiples liens tissés au fil des mois avec les habitants une bienveillance générale a succédé au rejet systématique. La plupart des premiers migrants arrivés ont échappé à la « dublinisation » (retour forcé dans le pays d’arrivée). Ils ont par la suite été placés en CADA, sont repartis vers d’autres destinations… De nouvelles arrivées de familles se sont succédé et l’accueil est maintenant de mise à Allex.  Voir France3 ICI

Par contre, le choc des associations a été immense en s’apercevant qu’il y avait des familles avec de jeunes enfants, ainsi que des mineurs, à la rue, à Valence. Grâce à l’aide de nombreux militants de diverses formations politiques, les associations ont occupé quatre mois durant, de mars à fin juin 2017, des bâtiments publics, et fait le siège de la Préfecture jusqu’à obtenir un logement pour ces laissés pour compte. Cela a été difficile et il a fallu s’y reprendre à plusieurs reprises pour obliger l’état à jouer -enfin!- son rôle de protection de l’enfance. Occupation de la Comédie de Valence ICI

Le témoignage de Dominique Malvaud, du collectif ROSA (Réseau d’Opération Solidaire et d’Action), a d’autant plus touché l’auditoire que nous avions tous suivi les nouvelles en provenance d’Allex avec inquiétude, en 2016. L’apaisement de la population démontre bien que l’on peut vivre normalement avec des réfugiés, voire en faire un riche échange réciproque, cela se confirme en maint endroit.

Dans le cas de Valence, l’exemple de courage et d’entêtement face aux pouvoirs publics prouve que l’on peut et doit contraindre l’Etat récalcitrant à faire son travail lorsqu’il manque à ses obligations.

Intervention de Jean-Claude Boudaux, Vinsobres

Jean-Claude Boudaux nous confirme, lui aussi, à quel point l’accueil d’une famille de réfugiés irakiens a été une source d’échanges enrichissants réciproques à Vinsobres. Arrivée en 2015, cette famille s’est bien adaptée et devient de plus en plus en plus autonome.

fraternite (44 sur 49)

Michel Rousseau, Tous Migrants, Briançon

Michel Rousseau, porte-parole de l’association Tous Migrants, est spécialement venu de Briançon pour témoigner de la situation des migrants arrivant d’Italie. Sur l’ensemble de l’année 2017, environ 3000 d’entre eux ont réussi à se soustraire aux contrôles des forces de police et à rejoindre un local d’accueil d’urgence mis à disposition par la Communauté de Communes du Briançonnais. Ce local est géré par l’association Refuges Solidaires qui les accueille pendant quelques jours en leur prodiguant les aides d’urgence et administratives.

Michel Rousseau, Tous Migrants
Michel Rousseau, Tous Migrants

Notre Plateforme avait pris conscience du problème de Briançon et organisé des collectes qui ont rencontré un succès très important auprès de tous nos comités. Pour mémoire, voir notre article ICI

Michel Rousseau remercie chaleureusement tous ceux qui se sont impliqués dans cette collecte, dont une grande partie a pu être réceptionnée. Il regrette de ne pas avoir pu tout accepter dans l’immédiat, faute d’espace de stockage disponible.

Suivant les circonstances, se présentent chaque jour, 10, 20… jusqu’à 50 personnes un dimanche d’octobre, un nombre difficile à gérer pour les bénévoles complètement débordés et épuisés… Le flux d’exilés ne s’arrête pas, même avec les conditions hivernales. Dès décembre 2017, nous avons tous vu aux informations les images dramatiques de ces jeunes arrivant à pied dans la neige au péril de leur vie par le Col de l’Echelle, essayant de gagner Briançon et un abri d’urgence (notre page ICI). Maintenant que ce col est infranchissable à cause de la neige, les exilés arrivent par le Col de Montgenèvre, souvent après avoir été rançonnés par des passeurs.

Ceux qui arrivent à Briançon ne sont pas tirés d’affaire pour autant, car la quasi totalité sont « dublinés » : l’Etat s’oppose à ce qu’ils puissent effectuer leur demande d’asile en France et ils risquent d’être renvoyés en Italie, pays d’entrée en Europe. S’agissant des mineurs, un sur deux voit sa minorité contestée par le Conseil départemental à l’issue d’une « évaluation » pour le moins arbitraire et se trouve exclu du dispositif de prise en charge des Mineurs Non Accompagnés (MNA). Qu’ils soient majeurs ou mineurs, beaucoup se retrouvent à la rue dans les grandes villes, ou dans un squat plus ou moins toléré (par exemple chez «Marcel sans Frontières» à Briançon ou à la maison des chefs de gare à Veynes (CHUM). Les démarches administratives sont longues et compliquées. Les recours contentieux supposent une forte mobilisation de bénévoles et d’avocats.

Il est avant tout nécessaire de trouver des possibilités d’hébergements au-delà des territoires frontaliers tout au long des parcours migratoires. Tous Migrants développe les liens avec les autres associations et collectifs un peu partout en France, ainsi qu’avec les réseaux d’hébergement citoyens comme Welcome et Hospitalité. Les dons financiers sont ici indispensables pour permettre de payer les frais de déplacement des migrants.

De nombreux bénévoles poursuivis en justice pour avoir aidé des migrants par simple humanité, tâche minimale dont l’Etat ne s’acquitte pas, préférant dépenser des sommes folles pour militariser la frontière et refouler les migrants au mépris de leurs droits et de leur dignité. L’action juridique est essentielle pour dénoncer les atteintes au droit commises par l’Etat et défendre les bénévoles. Les dons financiers sont là aussi bienvenus.

La chance du Briançonnais, c’est d’avoir des élus locaux, en particulier le maire de Briançon, Gérard Fromm, qui soutiennent cette action humanitaire. Associations et élus essaient de convaincre d’autres communes en aval de se doter d’un lieu d’accueil d’urgence afin de soulager Briançon et de préserver une hospitalité à taille humaine qui nous enrichisse tous.

bandeau-TM-asile

 

Fête de la Fraternité
Fête de la Fraternité

fraternite (47 sur 49)

Nyons CCNR : Marie-Claude Lefort nous informe du problème que cause la suppression des contrats aidés pour l’accompagnement des réfugiés au sein du Centre Social « Carrefour des Habitants du Nyonsais» (détails ICI). 

fraternite (43 sur 49)

La situation est très préjudiciable aux populations soumises à l’enseignement du français obligatoire pour leur intégration (80 personnes concernées), tout en mettant une personne qualifiée au chômage. A son grand regret, la visite à la Députée Célia de Lavergne n’a, hélas, eu aucun effet.

Sébastien Bernard, Maire de Buis-les-Baronnies, est très sensible au sort des réfugiés
Sébastien Bernard, Maire de Buis-les-Baronnies, est très sensible au sort des réfugiés

Intervention de Sébastien Bernard, Maire de Buis-les-Baronnies, très sensible au sort des Réfugiés.

Buis-les-Baronnies Accueil Réfugiés a accueilli et a suivi au quotidien une famille soudanaise de cinq personnes. Tout se passe très bien (voir notre page ICI).

Dominique Mandart, s’adressant à Monsieur le Maire, se fait la porte-parole du Comité du Buis « Nous demandons des logements pour accueillir les réfugiés ou les migrants, qui dès lors qu’ils sont dans la détresse sur notre territoire, doivent être accueillis dans la dignité ».

Le fête reprend avec des chansons des rues, par Emilia et Emiran, reprises en chœur par le public et se termine par des sketches burlesques de la troupe l’Atelier …

Le Saint-Julien et la chapelle Saint-Trophime au coucher du soleil hivernal
Le Saint-Julien et la chapelle Saint-Trophime au coucher du soleil hivernal

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

 

Invitation – Réunion à Nyons mercredi 22 février 2017

Bonjour à toutes et tous,

Pour répondre à la demande de plusieurs d’entre vous, nous vous invitons à faire le point à propos de la dernière fête de la Fraternité et aussi envisager les perspectives pour l’avenir 

le mercredi 22 février  à 14h30

Salle de la Colombe     

Temple de Nyons avenue Paul Laurens    

 

Veuillez nous confirmer votre présence.

Pour la Plateforme (Comité d’Accueil des Réfugiés en Drôme, Ardèche, Vaucluse : CARDAV)

Valérie Rosier, Annie Molinet, Colette Sénéclauze

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Coordinatrice Valérie Rosier (06 12 33 10 71)
Courriel : arquaique@orange.fr
Gestion du blog : Annie Molinet copar26560@gmail.com
Facebook Collectif pour l’Aide aux Réfugiés  (Séderonnais)

 

Le Dauphiné libéré annonce la Fête de la Fraternité, dimanche 29 janvier 2017!

Un excellent rappel!

Cliquer sur l’image pour agrandir le texte!

articledl-2017-01-23

Alain Bosmans
Correspondant de Presse
Tel: 04 75 28 21 93 – 06 07 94 18 95
Courriel: alain.bosmans@laposte.net
Site: www.tamtamdesbaronnies.com
Blog: tamtamdesbaronnies.blog.lemonde.fr/
Twitter: @TamTamBuis

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Coordinatrice Valérie Rosier (06 12 33 10 71)
Courriel : arquaique@orange.fr
Gestion du blog : Annie Molinet copar26560@gmail.com
Facebook Collectif pour l’Aide aux Réfugiés  (Séderonnais)

 

Pourquoi ce Blog « Aide aux réfugiés-Collectifs Drôme Sud et+ »?

Pourquoi ce blog pour les collectifs ?

La Fête de la Fraternité qui s’est déroulée à Buis-les-Baronnies dimanche 31 janvier 2016 a réuni des réfugiés d’Irak et du Soudan, à l’initiative de quelques collectifs d’aide aux réfugiés de la Drôme, de l’Ardèche, du Vaucluse et des Alpes de Haute-Provence. Géographiquement, cela représente en gros un axe Cévennes, Ventoux, Lure et Alpes du Sud. D’où ce nom provisoire de « Aide aux réfugiés-Collectifs Drôme Sud et+ » en attendant que nous trouvions un nom définitif faisant consensus.

Les porte-parole irakiens et soudanais à la Fête de la Fraternité du Buis, le 31 janvier 2016
Les porte-parole irakiens et soudanais à la Fête de la Fraternité du Buis, le 31 janvier 2016

Cette fête très réussie était précédée d’une réunion où les associations, comités et collectifs se sont présentés les uns aux autres avec le désir de communiquer ensemble afin d’échanger leur expérience et d’unir leur énergie pour faire progresser la cause des migrants et des réfugiés, gravement compromise actuellement. Pour simplifier « collectifs » désigne provisoirement l’ensemble de ces groupes d’aide, quelle que soit leur structure légale.

Réfugiés Soudanais à la Fête de la Fraternité au Buis, le 31 janvier - Hébergés par ADOMA, Sisteron 04
Réfugiés soudanais à la Fête de la Fraternité au Buis, le 31 janvier – Ils viennent de Calais et sont hébergés par ADOMA, Sisteron 04

Date était prise pour samedi 13 février 2016, à Buis-les-Baronnies, où les collectifs présents ont officialisé la naissance de la Plateforme de collectifs, créant un projet de charte et projetant des actions concertées fortes.

La réunion de la création de la Plateforme de Collectifs
La réunion de la création de la Plateforme de Collectifs

La création d’un blog m’a été confiée par les membres de cette nouvelle Plateforme comme outil de communication pour relayer sur Internet, en un endroit centralisé, les informations entre tous ces groupes d’aide. Je suis très honorée de votre confiance et vous en remercie.

Comme demandé, je viens de créer ce blog -que vous lisez- dans l’esprit de celui que je fais fonctionner pour le Collectif d’Aide aux Réfugiés de Séderon. Il sera strictement réservé à l’échange d’informations factuelles et pratiques concernant nos groupes respectifs ou l’avancement de la cause des réfugiés au niveau national et  international. Les articles non en rapport avec l’objet de ce blog ou l’esprit de la Charte -qui va être officialisée sous peu- seront supprimés sans appel.

Je ne suis en aucun cas une professionnelle des blogs et d’Internet, j’ai appris par moi-même en galérant. Vous comprendrez aisément qu’il me sera impossible de devenir la blogueuse unique pour l’ensemble de tous ces groupes, c’est matériellement impossible. Je prie donc chaque groupe de désigner une ou deux personnes de confiance autorisées à écrire sur le blog après que je leur aie donné les clés de la maison, c’est-à-dire les codes d’accès et un « comment faire » succinct. Ce n’est pas sorcier, un peu de goût pour internet et de concentration suffiront pour écrire un article. Ceux qui ne sont vraiment pas à l’aise avec cet outil pourront se contenter de poster leur information dans les commentaires, c’est à la portée de tous.

Chacune des personnes qui nous a confié son adresse courriel à la réunion du 13 février sera invitée personnellement par un message à suivre ce blog. Merci d’y répondre positivement afin de recevoir régulièrement les notifications indiquant qu’un nouvel article est paru. Refuser l’invitation reviendrait à se priver de l’information en temps réel (qui est le but de ce blog).

Cependant, l’accès du blog étant public, n’importe qui pourra le trouver en tapant Aide aux réfugiés – Collectifs Drôme Sud et+ sur un moteur de recherche. Le site sera également référencé auprès des moteurs de recherche, notamment par les mots-clés que nous y mettrons. L’idée du blog est aussi de nous faire connaitre et de nous faire entendre! N’hésitez pas à transmettre son lien à vos amis et à toutes les personnes susceptibles d’être intéressées. Faites-le voir à ceux qui n’ont pas Internet.

Pour rassurer ceux qui craignent pour leur données personnelles: les adresses courriel que vous nous avez confiées ne sont visibles que par ceux qui détiennent les codes d’accès au blog. Ceci dit, chacun est libre de l’utilisation de ses données personnelles, il faut bien que les principaux responsables des collectifs assument leur engagement et soient des contacts officiels pour le public qui aura le désir de nous rejoindre et les média qui voudront relayer notre action.

Je pense avoir fait le tour des questions qui m’ont été posées ou que vous pourriez vous poser en n’étant pas encore familiers avec les blogs. Je reste à votre disposition pour toutes les informations complémentaires dont vous auriez besoin.

J’ai fait au mieux pour répondre à vos attentes quant à ce nouvel outil de communication entre nous et reste ouverte à toute correction ou modification justifiées, personne n’est parfait!

Cordialement,

Annie Molinet
1400, route de Laragne
26560 Séderon
tél 04 75 28 51 77

Collectif Pour l’Accueil des Réfugiés (COPAR)
copar26560@gmail.com

Blog
Séderon Hautes-Baronnies-Collectif Pour l’Accueil des réfugiés (copar)