Archives du mot-clé Drôme

Message de la Plateforme

Message de la PLATEFORME des Comités pour l’Accueil des Réfugiés en Drôme, Ardèche, Vaucluse (CARDAV) regroupant les nombreux collectifs qui se sont créés spontanément pour aider à accueillir les familles de réfugiés, adressé aux élus.

En décembre 2014, face à l’afflux massif de réfugiés, l’État français a sollicité l’aide d’organismes dont la Fédération d’Entraide Protestante pour que des accueils soient proposés afin d’héberger et d’accompagner ces personnes et familles en détresse. Une demande relayée en septembre 2015 par les Préfectures françaises. Un élan important de la population de France s’est manifesté à travers la création de comités d’accueil de réfugiés par des citoyens déterminés à s’organiser.

Face aux craintes, nous voulons réaffirmer la nécessité d’accueillir des réfugiés parce qu’ils sont des êtres humains comme nous, hommes, femmes, enfants, quelles que soient leur origine, leur nationalité, leur religion, leurs convictions.

Ce qui leur arrive est arrivé à d’autres : en France aussi, à différentes époques, et récemment encore.

Puisque l’humain est pour nous premier, en les aidant, nous défendons et protégeons les droits fondamentaux, selon la Convention de Genève sur les Réfugiés et la Déclaration universelle des Droits humains.

Nous voyons ainsi le visage anxieux d’un enfant de 6 ans arrivé d’Irak et se cramponnant aux jupes de sa mère s’éclairer au fil des mois et retrouver un vrai sourire d’enfant ; de jeunes adolescentes menacées des pires sévices dans leur propre pays qui se sentent enfin en sécurité depuis qu’elles ont été accueillies sur la terre de Drôme ; des familles levant les yeux avec angoisse quand passent par hasard des avions militaires dans le ciel de France, tant leur pays a connu de bombardements sur des civils innocents, etc.

Nous ne pensons pas être envahis par une cinquantaine d’entre eux attendue au centre d’Allex…

Nous souhaitons plutôt être envahis par des gestes d’humanité comme nous le vivons dans la fraternité et la solidarité. Rencontrer l’autre nous enrichit et nous renouvelle.

Sans angélisme, sans cynisme, nous vous invitons à rejoindre ce mouvement qui permet à des êtres humains de revivre, tout simplement. A nous-mêmes de partager des moments importants avec eux, et à notre patrie d’être fidèle à ses principes.

La  Plateforme
Coordinatrice Valérie Rosier (06 12 33 10 71)
Courriel : arquaique@orange.fr

Blog de la Plateforme
https://refugiescollectifsdromesud.wordpress.com/

Nouvelles de la famille accueillie à Allex (Drôme)

Val de Drôme Accueil Réfugiés nous communique deux lettres d’information sur les événements relatifs à leur action depuis le début de l’année 2016

lettre Info 01 – Février 2016

lettre d’info N°2 – Mars 2016

Une nouvelle lettre devrait nous arriver bientôt.

Les dernières nouvelles de la famille accueillie à Allex

Cela fait 6 mois que Ghada, Pasha et Kawa ont posé leurs pieds en France, un pied incertain certes ne sachant pas qui trouver et à  quel pays ils allaient s’attacher. Ils sont très vite devenus réfugiés et il y a quelques jours ils ont obtenu leurs cartes que Pasha m’a montré fièrement mais qu’il trouve très petite : une petite taille disproportionnée au long cheminement pour les obtenir !

Il s’est rapidement créé  un lien de confiance entre nous. Ils habitent à côté de chez nous mais dans la même bâtisse : Ce sont nos voisins, des voisins particuliers certes. Chez eux cinq jours par semaine un rituel de bénévoles pour le Français. Ghada est présente, Pasha parfois pas quand il travaille dans les vergers à Crest. L’équipe est sympa, dynamique et humaine. C’est une équipe qui marche. Alors, il y a Pierre, Alphonse, Françoise, Claude, Laurie et moi celle qui écrit ce soir. Et puis il y a le jeune Rémy qui partage avec moi les transports pour les restau du coeur (et quel grand coeur ! Merci à un certain grand Michel et les bénévoles qui lui survivent), d’autres pour Valence ou Lyon parfois.

Ghada sait presque lire, commence à écrire et se débrouille avec la langue. Elle est allée avec notre fille qui a à peu près son âge prendre une première leçon de code. Le langage est encore timide par rapport à ce que la lecture des questions est exigeante. Fin juillet elle refera un essai.  Mais Ghada ne parle que des panneaux de circulation et du permis de conduire. Nécessité pour être plus autonome et chez Ghada il faut aller vite. « Je travaille encore et j’arrive » me transmet-elle quand je lui dis qu’elle n’est pas encore prête.

Pasha est moins investi dans la langue française, d’ailleurs il ne sait pas encore trop où il se trouve. Heureux mais encore un peu perdu. Il attend l’arrivée de ses parents, ses frères et soeurs. Son intérêt premier c’est de les savoir sains et saufs près de lui. Après quelques grandes frayeurs quant à l’avancée de Daesh, il me parle aujourd’hui volontiers des reconquêtes opérées par l’armée Irakienne aux portes de Mossoul.  Il suit l’actualité de son pays d’origine mais s’oriente aussi vers la nôtre en France. C’est bon signe ! Surtout quand il s’agit des résultats du football. Dimanche prochain la France rencontre l’Islande : ses frères en Irak adeptes du ballon rond suivent l’équipe française et lui disent qu’ils sont bons, qu’ils sont jeunes et c’est positif. . Lui pense que les Islandais sont plus forts. Nous lui laisserons regarder le match chez nous pendant notre absence ou peut-être ma fille aînée et son amoureux l’emmèneront regarder sur écran géant comme à deux reprises Jean-Michel l’y avait amené.

Pasha devra suivre 200 heures de Français à Valence après qu’il ait fini de travailler en automne. Nous avons réussi à repousser pour qu’il puisse travailler le plus longtemps possible. Cet emploi a été pour lui une bouffée d’air. Il s’y est d’abord rendu en vélo jusque Crest et maintenant un collègue le prend au passage.

Et le petit Kawa âgé de 10 mois et ses quatre dents font de la balançoire dans le jardin, vont en compagnie de maman le mardi matin à l’accueil mère-enfant d’Allex.  Il va pas trop mal.

Toute cette petite famille partage parfois des repas avec nous et nos amis ou famille. A cette occasion ils goûtent des pâtisseries toujours nouvelles et Ghada s’enquiert le jour suivant de connaître la recette. Pasha adore le tiramisu et la tarte aux pommes. Et nous bénéficions aussi de dolmas (riz agrémenté d’épices enrobé de feuille de vigne ou de bettes)  quand Ghada cuisine un peu plus.

Notre accueil est familial et tourné vers l’autonomie.  Bientôt Ghada et Pasha paieront un petit loyer chez nous ainsi que nous leur avons proposé. Ils se sentent bien à Allex et ont encore besoin de nous. Plus tard comme me l’a dit Ghada avec son grand sourire franc ils chercheront un autre logement mais ne sont pas pressés. Peut-être,  m’at-elle dit, vivront-ils encore avec nous vingt ou trente ans avant d’éclater de rire.

Mais ce qui préoccupe Ghada c’est de trouver un logement pour sa famille. Elle souhaiterait que comme elle ils soient tous les dix en sécurité en France. Ils n’ont plus rien en Irak, sont toujours depuis bientôt deux ans sous tente, sous une chaleur accablante l’été, et l’hiver dans un froid terrible sur des matelas de fortune serrés pour se tenir chaud.

Je vous adresse cette prière : Aidons-les à venir en France en leur proposant un ou deux logements, un chez soi, une perspective d’avenir eux qui ont perdu leur maison dans une explosion provoquée par Daesh. Parfois ils baissent les bras, n’y croient plus.

Notre accueil est aussi une très belle rencontre humaine et je souhaite qu’il témoigne que tout est possible : Il suffit de le vouloir très fort !

Merci à tous ceux qui participent au bien être de Ghada, Pasha et Kawa : Sans vous tout serait compliqué.

Sandrine Locquet and co

Dernières nouvelles très optimistes : un accueil est possible pour la famille de Ghada, Pasha et Kawa restée en Irak et cet accueil est envisagé à Luc en Diois pour 8 de ses membres avec une prise en charge par l’association dioise « ReDAR ».
Les démarches sont en cours pour ces 8 réfugiés.
Un autre accueil pour un jeune couple de cette famille est aussi prévu à Crest, soutenu celui-ci, par Val de Drôme Accueil Réfugiés et les démarches suivent aussi.
Nous vous tiendrons informés de l’évolution de ces accueils qui réjouit cette famille qui les attend avec une impatience que l’on peut facilement imaginer.

Val de Drôme Accueil Réfugiés
La Tournelle, Chemin des Remparts, 26400 CREST
IBAN (pour virement) : FR76 1027 8089 3100 0205 3160 160
BIC: CMCIFR2A
mail : valdedromerefugies@gmail.com –
Blog : valdedromerefugies.wordpress.com –
https://fr-fr.facebook.com/ValdeDromeRefugies

 

 

 

Pourquoi ce Blog « Aide aux réfugiés-Collectifs Drôme Sud et+ »?

Pourquoi ce blog pour les collectifs ?

La Fête de la Fraternité qui s’est déroulée à Buis-les-Baronnies dimanche 31 janvier 2016 a réuni des réfugiés d’Irak et du Soudan, à l’initiative de quelques collectifs d’aide aux réfugiés de la Drôme, de l’Ardèche, du Vaucluse et des Alpes de Haute-Provence. Géographiquement, cela représente en gros un axe Cévennes, Ventoux, Lure et Alpes du Sud. D’où ce nom provisoire de « Aide aux réfugiés-Collectifs Drôme Sud et+ » en attendant que nous trouvions un nom définitif faisant consensus.

Les porte-parole irakiens et soudanais à la Fête de la Fraternité du Buis, le 31 janvier 2016
Les porte-parole irakiens et soudanais à la Fête de la Fraternité du Buis, le 31 janvier 2016

Cette fête très réussie était précédée d’une réunion où les associations, comités et collectifs se sont présentés les uns aux autres avec le désir de communiquer ensemble afin d’échanger leur expérience et d’unir leur énergie pour faire progresser la cause des migrants et des réfugiés, gravement compromise actuellement. Pour simplifier « collectifs » désigne provisoirement l’ensemble de ces groupes d’aide, quelle que soit leur structure légale.

Réfugiés Soudanais à la Fête de la Fraternité au Buis, le 31 janvier - Hébergés par ADOMA, Sisteron 04
Réfugiés soudanais à la Fête de la Fraternité au Buis, le 31 janvier – Ils viennent de Calais et sont hébergés par ADOMA, Sisteron 04

Date était prise pour samedi 13 février 2016, à Buis-les-Baronnies, où les collectifs présents ont officialisé la naissance de la Plateforme de collectifs, créant un projet de charte et projetant des actions concertées fortes.

La réunion de la création de la Plateforme de Collectifs
La réunion de la création de la Plateforme de Collectifs

La création d’un blog m’a été confiée par les membres de cette nouvelle Plateforme comme outil de communication pour relayer sur Internet, en un endroit centralisé, les informations entre tous ces groupes d’aide. Je suis très honorée de votre confiance et vous en remercie.

Comme demandé, je viens de créer ce blog -que vous lisez- dans l’esprit de celui que je fais fonctionner pour le Collectif d’Aide aux Réfugiés de Séderon. Il sera strictement réservé à l’échange d’informations factuelles et pratiques concernant nos groupes respectifs ou l’avancement de la cause des réfugiés au niveau national et  international. Les articles non en rapport avec l’objet de ce blog ou l’esprit de la Charte -qui va être officialisée sous peu- seront supprimés sans appel.

Je ne suis en aucun cas une professionnelle des blogs et d’Internet, j’ai appris par moi-même en galérant. Vous comprendrez aisément qu’il me sera impossible de devenir la blogueuse unique pour l’ensemble de tous ces groupes, c’est matériellement impossible. Je prie donc chaque groupe de désigner une ou deux personnes de confiance autorisées à écrire sur le blog après que je leur aie donné les clés de la maison, c’est-à-dire les codes d’accès et un « comment faire » succinct. Ce n’est pas sorcier, un peu de goût pour internet et de concentration suffiront pour écrire un article. Ceux qui ne sont vraiment pas à l’aise avec cet outil pourront se contenter de poster leur information dans les commentaires, c’est à la portée de tous.

Chacune des personnes qui nous a confié son adresse courriel à la réunion du 13 février sera invitée personnellement par un message à suivre ce blog. Merci d’y répondre positivement afin de recevoir régulièrement les notifications indiquant qu’un nouvel article est paru. Refuser l’invitation reviendrait à se priver de l’information en temps réel (qui est le but de ce blog).

Cependant, l’accès du blog étant public, n’importe qui pourra le trouver en tapant Aide aux réfugiés – Collectifs Drôme Sud et+ sur un moteur de recherche. Le site sera également référencé auprès des moteurs de recherche, notamment par les mots-clés que nous y mettrons. L’idée du blog est aussi de nous faire connaitre et de nous faire entendre! N’hésitez pas à transmettre son lien à vos amis et à toutes les personnes susceptibles d’être intéressées. Faites-le voir à ceux qui n’ont pas Internet.

Pour rassurer ceux qui craignent pour leur données personnelles: les adresses courriel que vous nous avez confiées ne sont visibles que par ceux qui détiennent les codes d’accès au blog. Ceci dit, chacun est libre de l’utilisation de ses données personnelles, il faut bien que les principaux responsables des collectifs assument leur engagement et soient des contacts officiels pour le public qui aura le désir de nous rejoindre et les média qui voudront relayer notre action.

Je pense avoir fait le tour des questions qui m’ont été posées ou que vous pourriez vous poser en n’étant pas encore familiers avec les blogs. Je reste à votre disposition pour toutes les informations complémentaires dont vous auriez besoin.

J’ai fait au mieux pour répondre à vos attentes quant à ce nouvel outil de communication entre nous et reste ouverte à toute correction ou modification justifiées, personne n’est parfait!

Cordialement,

Annie Molinet
1400, route de Laragne
26560 Séderon
tél 04 75 28 51 77

Collectif Pour l’Accueil des Réfugiés (COPAR)
copar26560@gmail.com

Blog
Séderon Hautes-Baronnies-Collectif Pour l’Accueil des réfugiés (copar)