A Nyons, la solidarité, ça marche!

Nous étions environ 150 personnes, dimanche dernier au Théâtre de Verdure de Nyons pour partager le pique-nique solidaire organisé par le Comité Citoyen de Nyons pour les Réfugiés.

Parmi nous se trouvaient les deux familles accompagnées par le CCNR et celle accompagnée par le comité d’accueil de Vinsobres. Un échange entre les familles a pu se construire tout au long de cette journée.

Les nombreuses personnes qui ont offert des plats salés et sucrés vendus au profit du Comité se sont dépassées (je garde le souvenir ému d’une part de baklava…).

Trois groupes de musiciens se sont succédé bénévolement tout au long de l’après-midi dans les genres les plus divers et pour le plaisir de tous; le matériel de sonorisation était prêté par une association locale.

L’objectif de cette journée était double : faciliter la rencontre avec et entre les familles de réfugiés et collecter des fonds pour les actions du CCNR. Mission accomplie : une belle journée de convivialité et 780 euros dans l’escarcelle.

Merci à toutes celles et tous ceux qui ont donné de leur temps, de leur énergie, de leur imagination et/ou de leur argent pour que cette fête soit une réussite.

E-mail du Comité : comite.citoyen.nyons.refugies@gmail.com

!cid_ii_156355060e360d80
Public solidaire et ravi d’être là!
Musiciens solidaires et ravis d'être là!
Musiciens solidaires et ravis d’être là!

Nouvelles de la famille accueillie à Allex (Drôme)

Val de Drôme Accueil Réfugiés nous communique deux lettres d’information sur les événements relatifs à leur action depuis le début de l’année 2016

lettre Info 01 – Février 2016

lettre d’info N°2 – Mars 2016

Une nouvelle lettre devrait nous arriver bientôt.

Les dernières nouvelles de la famille accueillie à Allex

Cela fait 6 mois que Ghada, Pasha et Kawa ont posé leurs pieds en France, un pied incertain certes ne sachant pas qui trouver et à  quel pays ils allaient s’attacher. Ils sont très vite devenus réfugiés et il y a quelques jours ils ont obtenu leurs cartes que Pasha m’a montré fièrement mais qu’il trouve très petite : une petite taille disproportionnée au long cheminement pour les obtenir !

Il s’est rapidement créé  un lien de confiance entre nous. Ils habitent à côté de chez nous mais dans la même bâtisse : Ce sont nos voisins, des voisins particuliers certes. Chez eux cinq jours par semaine un rituel de bénévoles pour le Français. Ghada est présente, Pasha parfois pas quand il travaille dans les vergers à Crest. L’équipe est sympa, dynamique et humaine. C’est une équipe qui marche. Alors, il y a Pierre, Alphonse, Françoise, Claude, Laurie et moi celle qui écrit ce soir. Et puis il y a le jeune Rémy qui partage avec moi les transports pour les restau du coeur (et quel grand coeur ! Merci à un certain grand Michel et les bénévoles qui lui survivent), d’autres pour Valence ou Lyon parfois.

Ghada sait presque lire, commence à écrire et se débrouille avec la langue. Elle est allée avec notre fille qui a à peu près son âge prendre une première leçon de code. Le langage est encore timide par rapport à ce que la lecture des questions est exigeante. Fin juillet elle refera un essai.  Mais Ghada ne parle que des panneaux de circulation et du permis de conduire. Nécessité pour être plus autonome et chez Ghada il faut aller vite. « Je travaille encore et j’arrive » me transmet-elle quand je lui dis qu’elle n’est pas encore prête.

Pasha est moins investi dans la langue française, d’ailleurs il ne sait pas encore trop où il se trouve. Heureux mais encore un peu perdu. Il attend l’arrivée de ses parents, ses frères et soeurs. Son intérêt premier c’est de les savoir sains et saufs près de lui. Après quelques grandes frayeurs quant à l’avancée de Daesh, il me parle aujourd’hui volontiers des reconquêtes opérées par l’armée Irakienne aux portes de Mossoul.  Il suit l’actualité de son pays d’origine mais s’oriente aussi vers la nôtre en France. C’est bon signe ! Surtout quand il s’agit des résultats du football. Dimanche prochain la France rencontre l’Islande : ses frères en Irak adeptes du ballon rond suivent l’équipe française et lui disent qu’ils sont bons, qu’ils sont jeunes et c’est positif. . Lui pense que les Islandais sont plus forts. Nous lui laisserons regarder le match chez nous pendant notre absence ou peut-être ma fille aînée et son amoureux l’emmèneront regarder sur écran géant comme à deux reprises Jean-Michel l’y avait amené.

Pasha devra suivre 200 heures de Français à Valence après qu’il ait fini de travailler en automne. Nous avons réussi à repousser pour qu’il puisse travailler le plus longtemps possible. Cet emploi a été pour lui une bouffée d’air. Il s’y est d’abord rendu en vélo jusque Crest et maintenant un collègue le prend au passage.

Et le petit Kawa âgé de 10 mois et ses quatre dents font de la balançoire dans le jardin, vont en compagnie de maman le mardi matin à l’accueil mère-enfant d’Allex.  Il va pas trop mal.

Toute cette petite famille partage parfois des repas avec nous et nos amis ou famille. A cette occasion ils goûtent des pâtisseries toujours nouvelles et Ghada s’enquiert le jour suivant de connaître la recette. Pasha adore le tiramisu et la tarte aux pommes. Et nous bénéficions aussi de dolmas (riz agrémenté d’épices enrobé de feuille de vigne ou de bettes)  quand Ghada cuisine un peu plus.

Notre accueil est familial et tourné vers l’autonomie.  Bientôt Ghada et Pasha paieront un petit loyer chez nous ainsi que nous leur avons proposé. Ils se sentent bien à Allex et ont encore besoin de nous. Plus tard comme me l’a dit Ghada avec son grand sourire franc ils chercheront un autre logement mais ne sont pas pressés. Peut-être,  m’at-elle dit, vivront-ils encore avec nous vingt ou trente ans avant d’éclater de rire.

Mais ce qui préoccupe Ghada c’est de trouver un logement pour sa famille. Elle souhaiterait que comme elle ils soient tous les dix en sécurité en France. Ils n’ont plus rien en Irak, sont toujours depuis bientôt deux ans sous tente, sous une chaleur accablante l’été, et l’hiver dans un froid terrible sur des matelas de fortune serrés pour se tenir chaud.

Je vous adresse cette prière : Aidons-les à venir en France en leur proposant un ou deux logements, un chez soi, une perspective d’avenir eux qui ont perdu leur maison dans une explosion provoquée par Daesh. Parfois ils baissent les bras, n’y croient plus.

Notre accueil est aussi une très belle rencontre humaine et je souhaite qu’il témoigne que tout est possible : Il suffit de le vouloir très fort !

Merci à tous ceux qui participent au bien être de Ghada, Pasha et Kawa : Sans vous tout serait compliqué.

Sandrine Locquet and co

Dernières nouvelles très optimistes : un accueil est possible pour la famille de Ghada, Pasha et Kawa restée en Irak et cet accueil est envisagé à Luc en Diois pour 8 de ses membres avec une prise en charge par l’association dioise « ReDAR ».
Les démarches sont en cours pour ces 8 réfugiés.
Un autre accueil pour un jeune couple de cette famille est aussi prévu à Crest, soutenu celui-ci, par Val de Drôme Accueil Réfugiés et les démarches suivent aussi.
Nous vous tiendrons informés de l’évolution de ces accueils qui réjouit cette famille qui les attend avec une impatience que l’on peut facilement imaginer.

Val de Drôme Accueil Réfugiés
La Tournelle, Chemin des Remparts, 26400 CREST
IBAN (pour virement) : FR76 1027 8089 3100 0205 3160 160
BIC: CMCIFR2A
mail : valdedromerefugies@gmail.com –
Blog : valdedromerefugies.wordpress.com –
https://fr-fr.facebook.com/ValdeDromeRefugies

 

 

 

Nyons – Bienvenue à la famille Darwish!

Le Comité Citoyen de Nyons pour les Réfugiés nous communique une excellente nouvelle!

Bienvenue à la famille Darwish!

Le 12 juillet, une petite équipe du Comité Citoyen de Nyons pour les Réfugiés s’est rendue avec un minibus prêté par la Mairie à l’aéroport de Marignane pour accueillir la famille Darwish qui vient s’installer à Nyons après trois ans passés dans un camp de réfugiés à Adana, dans le sud de la Turquie, à quelques dizaines de kilomètres de la Syrie, leur pays d’origine.

A l’arrivée, leurs bagages étaient des plus minces, et leurs documents aussi : un permis de séjour de trois mois, et aucun papier d’identité… La première urgence est donc de leur obtenir ces précieux papiers sans lesquels rien n’est possible. Monsieur Brot, le Préfet chargé de la coordination pour l’accueil des réfugiés syriens et irakiens, a déjà été alerté, et Monsieur Combes, le Maire de Nyons, va tenter de faire accélérer la procédure pour qu’ils aient accès à leurs droits.

La deuxième urgence étant de les nourrir et de les habiller, leurs premières visites ont été pour l’épicerie sociale et les vestiaires du Centre Saint-Vincent et de l’Association Familiale du Nyonsais.

La famille Darwish est kurde, mais certains membres, notamment la mère, parlent arabe, ce qui facilitera la communication dans un premier temps.

Le plus jeune des enfants, Sipan, demande déjà d’aller à l’école. Pourvu que ça dure…

Photo en-tête :   L’arrivée à l’aéroport de Marignane

Nyons

La famille Darwish dans son nouvel appartement avec les responsables de la Mairie et du CCNR.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nyons- Pique-nique solidaire le 24 juillet 2016

!cid_image001_jpg@01D1D9FB

Le Comité Citoyen de Nyons pour les Réfugiés

vous invite à participer à son

Pique-Nique Solidaire sorti du sac

Dimanche 24 Juillet 2016

Au Théâtre de Verdure

A partir de 11 heures 30

Le Comité vendra des boissons et des gâteaux
au profit de ses actions pour les familles de réfugiés

Le repas sera suivi d’un

Après-Midi Concerts

avec MANBOUSS

et autres groupes

Renseignements : comite.citoyen.nyons.refugies@gmail.com

Manbouss
Manbouss