Deux logements recherchés d’urgence (loyer modeste)

Dominique MALVAUD, du Collecitf ROSA (Réseau d’Opération Solidaire et d’Action, Valence) recherche d’urgence deux logements pour des exilés (loyer modeste).
Merci de prendre directement contact avec Dominique sur son mobile au 06 72 07 76 42

azure_kumquatHamed est un travailleur tunisien sans papiers. Il est marié et sa femme a des documents. Mais elle est hospitalisée à Lyon pour un cancer. Ils ont deux enfant scolarisés en primaire à Valence.

Ahmed travaille à Avignon la nuit comme gardien, il dispose d’un véhicule. Il est logé chez un marchand de sommeil et paye 500 euros pour un lieu petit et peu adapté, à Valence. Il doit quitter ce logement.

Le tribunal pour enfants à décidé de mettre les deux enfants sous protection dans une famille d’accueil, en urgence, puis en plénière les à maintenus jusqu’à ce qu’il retrouve un logement.

Nous sommes donc en recherche d’un accueil dans un logement pour quatre personnes (deux enfants, deux adultes).Dans la Drôme (Baronnies), l’Ardèche (sud ou nord, mais dans la vallée, ou dans le Vaucluse ). Ahmed pourra payer un loyer.

Contactez nous (ROSA – tél 06 72 07 76 42 – Dominique Malvaud)

jonquille

Evelyn est une maman isolée d’une enfant de 6 ans, Favour, scolarisée à  Valence. Elle travaille dans un hôtel à temps partiel, elle a un contrat d’un an à raison de 16h hebdo modulable (augmentation du nombre d’heures par avenant en fonction du flux de touristes accueillis) Elle y travaille depuis 12 mois.

Elle vit depuis le 01/06 chez une amie à elle avec sa fille, mais cette solution ne peut se prolonger longtemps. Elle a dû quitter un T2 qu’elle payait 250 euros par mois. Elle a du mobilier qu’elle a pu acquérir peu à peu et qui pour le moment se trouve dans l’ancien appartement. Elle peut donc intégrer un logement vide.

Elle vit en France depuis 2014 (et peut le prouver, nous allons commencer à composer son dossier afin qu’il soit prêt pour une première demande en 2019).

Nous recherchons un logement pas cher sur Valence ou a proximité par le bus.

Contactez-nous (ROSA tél 06 72 07 76 42 – Dominique Malvaud)

roses_tremireres_02

 

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

 

Publicités

Mobilisation contre la fermeture du CAO d’Allex (26)!

Nous vous communiquons un message de Solidarités réfugiés 26 invitant à signer une pétition urgente contre la fermeture du CAO d’Allex et à entreprendre des actions fortes décrites ci-dessous (tracts, lettres aux élus, vidéos…)!

Message du 05/06/18 08:43
> De : « Solidarité réfugiés 26 » <solidarite.refugies.26@gmail.com>
> A : arquaique@orange.fr
> Copie à :
> Objet : Non à la fermeture du CAO d’Allex / matériel de mobilisation + infos diverses
>
>

Bonjour à toutes et tous,
> Afin de diffuser encore plus massivement la pétition lancée en ligne hier soir (pour rappel, lien ICI) et qui a déjà 112 signatures ce matin à 8h, voici une version papier pour que vous puissiez l’imprimer et la faire signer autour de vous (notamment sur les marchés, moment idéal !) lien téléchargement dossier Mobilisation Allex

> Dans le même lien de téléchargement, vous trouverez également le tract, déjà envoyé lors du dernier mail.

> Vous trouverez également une lettre type à adresser aux élus (à modifier en haut la partie surlignée en jaune avec le nom/l’adresse et Madame/Monsieur…) pour les inviter au rassemblement du 16 juin.
Merci de nous dire (par mail : solidarite.refugies.26@gmail.com) qui vous invitez afin que nous, petite équipe d’organisation constituée suite à la dernière réunion, puissions suivre, ne pas inviter deux fois la même personne et avoir une idéee éventuelle de qui sera là.

> Et pour déziper le ficher en ligne c’est ICI

> Si vous faites des gros tirages de photocopies, faites faire une facture au nom du collectif (collectif allexois de soutien aux réfugiés) et gardez les factures afin qu’on puisse vous rembourser !

> Rappel :

> Pour les films

> Afin de diffuser au maximum notre mobilisation contre la fermeture du centre d’accueil d’Allex, diffusons les témoignages ! Deux possibilités : filmez-vous pour témoigner de votre implication auprès des personnes accueillies à Pergaud et de votre refus de voir ce centre fermer (film court, 2 min maximum) et envoyez-le-nous par mail. Utilisez WeTransfer si votre fichier est trop lourd à envoyer : https://wetransfer.com/

> Rendez-vous toute la journée du mardi 12 juin au CAO, à partir de 10 h et jusqu’à 20 h pour réaliser une vidéo sur place si vous préférez que l’on vous filme.

> Sinon les vidéos peuvent être envoyées jususqu’au 12 juin 23h. Le montage se fera le 13 au matin.

> Pour le format des vidéos, merci de me contacter soit à ce mail soit sur mon téléphone (0668252383) / n’hésitez pas à laisser un message.

> Lettre ouverte

> La lettre ouverte existe en ligne, hébergée sur un blog Mediapart,  voici le lien vers une lettre ouverte à toutes les personnes solidaires des exilé·e·s

> N’hésitez pas à faire tourner sous cette forme-là également (le lien de la pétition est rappelé dans la lettre ouverte).

> +++++

> ET n’oublions pas le concert de ce soir….

À ce soir pour les personnes présentes au concert de soutien à Allex, à partir de 18 h 30 au Phare, (début du concert à 20 h 30 à l’église).

On ne lâche rien
belle journée
Samaël, pour le collectif

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

 

Nouvelles des Etats Généraux des Migrations – Montreuil, 26-27 mai 2018

Bonjour,

Voici la synthèse finalisée le week-end dernier à Montreuil et adoptée en assemblée plénière de tous les cahiers de doléance des assemblées locales, dont le nôtre, débouchant sur un manifeste, appelé socle commun. Lors de notre prochaine rencontre, nous vous en donnerons un écho de vive voix. Bonne lecture!

Valérie Rosier

Réuni.e.s pour une premières session plénière, 500 participant.e.s ont adopté ce premier texte, 8 mois après le lancement du processus des Etats Généraux des Migrations (106 assemblées locales, sur 76 départements, dont 3 ultra-marins).

Communique de presse_manifeste commun_EGM

lxx

Manifeste des Assemblées Locales réunies pour la
1ère session plénière des États Généraux des Migrations
Socle commun pour une politique migratoire
respectueuse des droits fondamentaux et de la dignité des personnes
27 mai 2018

Considérant :

  • la situation humanitaire déplorable dans laquelle sont laissées nombre de personnes étrangères sur le territoire français ou à ses frontières, privées de la satisfaction de leurs besoins fondamentaux ;
  • les difficultés rencontrées par les personnes étrangères pour faire reconnaître la légitimité de leurs parcours, leurs compétences et leurs droits ;
  • les conséquences désastreuses de politiques principalement répressives, fondées sur une application « minimaliste » du droit d’asile, les conditions drastiques pour la délivrance de titres de séjour, la criminalisation de l’entrée irrégulière sur le territoire, la traque, la rétention et l’expulsion de personnes dont la seule faute est de ne pas disposer des bons papiers au bon moment ;
  • les coûts humains et financiers exorbitants de ces politiques, que ne justifient ni la dangerosité fantasmée des personnes étrangères, ni les résultats attendus de la prétendue « fermeture des frontières », toujours démentie par les faits ;
  • les entorses au droit international et aux conventions internationales ratifiées par la France, et les condamnations qui ont été prononcées à son encontre par des juridictions européennes ou internationales ;
  • la militarisation croissante des frontières, la création de régimes d’exception dans les zones frontalières ainsi que dans certains territoires ultra-marins, et leurs conséquences meurtrières ;
  • l’absence de concertation avec les personnes étrangères et les acteurs de la société civile ainsi que l’absence d’évaluation des politiques mises en œuvre depuis des décennies ;
  • la mise en concurrence, à travers les discours et les décisions des pouvoirs publics, des personnes subissant toutes formes de précarité, étrangères ou non ;
  • la juste indignation, la mobilisation et la solidarité dont témoignent un nombre croissant de citoyen·ne·s partout sur le territoire ;
  • la remise en cause quasi systématique de la présomption de minorité, les lacunes de la prise en charge par l’ASE, la maltraitance et l’enfermement des mineur·e·s ;

Nous, citoyen·ne·s français·e·s et étranger·ère·s résidant en France, associations, collectifs et syndicats engagés à l’échelon local, national et international pour la défense des droits des personnes étrangères au sein des États Généraux des Migrations,

  • sommes réuni-e-s au sein de 106 assemblées locales en France métropolitaine et d’outre-mer pour poser, dans la déclaration qui suit, les bases d’un renversement du discours dominant sur la question des migrations ;
  • inscrivons la déclaration qui suit dans la continuité de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ainsi que de tous les engagements internationaux de la France en matière de respect des droits des personnes ;
  • affirmons qu’il n’y a pas de « crise migratoire » mais une « crise des politiques migratoires » ;
  • appelons toutes et tous à nous rejoindre pour promouvoir une politique migratoire fondée sur les droits fondamentaux et régie par les principes suivants :

1. Un accueil digne des nouveaux arrivants
1-1 Création de dispositifs publics de premier accueil, à dimension humaine, répartis sur l’ensemble du territoire, où pourraient se rendre librement les personnes étrangères à leur arrivée sur le territoire ;
Principes de ces dispositifs :
1-2 Accueil inconditionnel ;
1-3 Prise en charge adaptée des personnes les plus vulnérables ;
1-4 Hébergement, obligation de mise à l’abri immédiate et prise en charge des moyens de subsistance ;
1-5 Information sur les possibilités offertes sur le territoire, sur les droits, sur les démarches à entreprendre, en tenant compte des projets de chacun·e.

2. Un respect du droit d’asile effectif, qui ne soit plus prétexte à une logique de tri
2-1 Nécessité de rendre effectif le droit des personnes menacées de persécution à une protection internationale, passant en particulier par :
2-2 L’arrêt des renvois des personnes vers le pays d’entrée dans l’Union Européenne ; 
2-3 La suppression des procédures accélérées ;
2-4 L’abandon de la notion de pays d’origine sûrs ;
2-5 L’élargissement des critères ouvrant droit au statut de réfugié pour prendre en compte les causes très variées d’exil forcé ;
2-6 Le rejet de toute mesure qui prive les réfugié·e·s potentiel·le·s d’un examen équitable de leur demande et de possibilités effectives de contester un refus de l’Ofpra.
2-7 Le droit d’asile ne doit jamais être utilisé comme prétexte pour organiser une logique de tri, qui fait la distinction entre les personnes étrangères qui auraient « vocation à » venir s’installer en France et les autres, qualifiées de « migrants économiques » et considérées comme indésirables.

3. Vers une égalité des droits entre Français·e·s et étranger·ère·s présent·e·s sur le territoire
3-1 Respect effectif des droits fondamentaux, des textes internationaux ratifiés par la France via les mesures suivantes :
3-2 Respect du droit des mineur·e·s isolé·e·s aux dispositifs de la protection de l’enfance, sur la base de la présomption de minorité ; prise en compte de l’attention primordiale qui doit être accordée à l’intérêt supérieur de l’enfant, seul ou accompagné, dans toutes les décisions le concernant ;
3-3 Suppression des tests osseux pratiqués dans de la cadre de l’évaluation de la minorité pour déterminer si un.e jeune relève de la protection de l’enfance ;
3-4 Fin des contrôles au faciès ;
3-5 Fin de toutes les formes d’enfermement et d’assignation à résidence pour entrée ou séjour irréguliers ;
3-6 Droit à la régularisation pour les personnes résidant en France ;
3-7 Autorisation de travail pour toutes les personnes titulaires d’un titre autorisant au séjour (carte de séjour, attestation de demandeur d’asile, récépissé), et accordée dès la signature d’un contrat de travail et/ou le constat d’une relation de travail ;
3-8 Annulation des conditions spécifiques aux personnes de nationalité étrangère pour l’exercice d’un emploi ou la création d’une activité économique ;
3-9 Accès à la formation (apprentissage de la langue, scolarisation des enfants, études, formation professionnelle) ;
3-10 Élargissement de la reconnaissance de diplômes équivalents ;
3-11 Suppression des conditions limitant le droit au regroupement familial ;
3-12 Levée des barrières pour un accès, effectif et inconditionnel aux soins de santé (somatique et mentale) adossé sur le droit commun ;
3-13 Respect du principe d’égalité devant les services publics à tous les niveaux. Accès inconditionnel à un service d’interprétariat ;

4. Une reconnaissance des initiatives citoyennes dans l’accueil et le soutien aux personnes étrangères
4-1 Suppression effective du « délit de solidarité » et de toute mesure d’intimidation à l’encontre des personnes qui aident des étranger·ère·s de façon inconditionnelle et sans but lucratif ;
4-2 Reconnaissance et valorisation des initiatives solidaires comme des actions d’intérêt général ;
4-3 Reconnaissance et valorisation par les pouvoirs publics des manifestations de solidarité émanant de citoyen·ne·s ou de collectivités.

5. Modification des règles concernant l’accès au territoire français et des politiques européennes et internationales
Dans un souci de cohérence avec ce qui précède, il importe de réviser les règles d’accès au territoire français, fondées elles aussi sur une logique de tri, et de promouvoir ce changement au sein des instances européennes.
5-1 Abandon du règlement Dublin, droit des personnes étrangères au libre choix de leur pays de destination ;
5-2 Liberté d’entrée, de circulation et d’installation dans l’espace européen pour les personnes étrangères à l’Union européenne ;
5-3 Fin des mesures d’exception dans les espaces frontaliers de la métropole ainsi que dans les Collectivités et Territoires d’Outre-mer ;
5-4 Arrêt des politiques d’externalisation, de l’approche dite « hotspots » et de la multiplication de centres de tri sur les routes des migrant·e·s ;
5-5 Fin des expulsions, des bannissements, notamment par le biais d’IRTF (Interdiction de Retour sur le Territoire Français).

6. Conditions de réalisation et de mise en œuvre d’une telle politique alternative
6-1 Fin de la logique de discrimination et de suspicion généralisée envers les personnes étrangères, qui conduit à des drames, des violences, des souffrances, des humiliations et du harcèlement ;
6-2 Transfert des budgets engagés dans l’actuelle politique sécuritaire et répressive aux différents dispositifs d’accueil et d’accompagnement ;
6-3 Changement de gouvernance : la politique migratoire ne doit plus être confiée au seul ministère de l’Intérieur. Privilégier une approche interministérielle fondée sur le droit commun ;
6-4 Formation des personnels administratifs, fonctionnaires et travailleurs sociaux à la compréhension des questions migratoires, à l’interculturalité et à la logique de bienveillance ;
6-5 Fin de l’impunité des élu·e·s et représentant·e·s de l’État en cas de violations des droits imprescriptibles des personnes étrangères : systématisation des enquêtes des organisations de la société civile et pouvant être ordonnées par les tribunaux afin que soient sanctionnées les personnes responsables de ces manquements à leur mission, et protection des agents qui dénoncent ces violations ;
6-6 Mise en place de cadres de concertation et de coopération entre la société civile et les autorités (sans que cela conduise à pallier les carences de l’État) ;
6-7 Évaluation transparente et menée par des autorités indépendantes des politiques migratoires, avec un mécanisme qui engage les pouvoirs publics à tenir compte des recommandations.

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

 

Soutenir Théo, Bastien et Eleonora au Tribunal de Gap (04)

L'ASTI de Valence (Association de Solisarité avec touTEs les ImmigréEs) 
nous communique:

Message du 23/05/18 16:56
De : « Jean PATOULLIARD » <jean.patoulliard@wanadoo.fr>
A : destinataires inconnus:;
Copie à :
Objet : Fwd: ASTIV/ CAR POUR GAP HORAIRES

Bonjour,

L’ASTI Valence organise un car au départ de Valence pour GAP le 31 mai 2018 – si nous arrivons à remplir le car (50 personnes) le tarif sera de 20 euros par personne.

Le procès aura lieu au TGI à 8h30

  • 4h15 : TAIN  dépôt – avenue des Lot
  • 4h40 : BOURG DE PEAGE – supermarché casino
  • 5h : VALENCE – place Dunkerque
  • 5h45 : CREST – rond point intersection D93  avec D538
  • 6h : SAILLANS – D93 arrête de la gare
  • 6h15 : DIE devant la gare

RETOUR prévu vers 20h45.

Pour vous inscrire, vous pouvez me répondre à l’adresse de Jean car la mienne a des problèmes ou par téléphone au 06 13 70 27 43.

SOYONS NOMBREUSES ET NOMBREUX pour les soutenir et crier notre indignation.
Pour l’ASTIV : Martine PATOULLIARD. 04 75 42 03 49

… »Theo , Bastien et Eléonora   sont poursuivis pour « aide à l’entrée d’étrangers en situation irrégulière sur le territoire national et en bande organisée »suite à une marche solidaire entre l’Italie et la France le 22 avril. Ils encourent une peine allant jusqu’à 10 ans de prison et 750.000 euros d’amende avec une interdiction de pénétrer sur le territoire français.

Ces trois jeunes , un belgeo suisse , un suisse et une italienne après 10 jours de détention provisoire ont été remis en liberté hier jeudi 3 mai sous un contrôle judiciaire strict .Leur procès est prévu le 31 mai .les soutiens s’organisent en SUISSE, en ITALIE, manifestation à Genève, appel d’Erri de Luca etc…

Pour en savoir plus, voir ICI

 

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

 

Compte-rendu de la réunion de la Plateforme – 19 05 2018

PLATEFORME des COMITES d’ACCUEIL de REFUGIES
en DROME, ARDECHE et VAUCLUSE

Compte-rendu de la réunion du Samedi 19 mai 2018 – 13 H
Salle de la Colombe – 1, avenue Paul Laurens –  26110 Nyons

Présents:
26 – DROME

Buis-les-Baronnies
Accueil Réfugiés : Valérie Rosier, Nicole Jamon, Pascale Taponnier, Claire Lasseray, Luc Rouault

Lachau/Séderon) COPARHB (Comité Pour l’Accueil dans les Hautes-Baronnies)
Annie et André Molinet, Hélène Rispal (Excusée Josette Fournié)

Nyons (CCNR=Comité Citoyen de Nyons pour les Réfugiés) :
Marie-Claude Lefort et Jean-Jacques Roche (CCNR + Ligue des Droits de l’Homme Section Nyons)

Nyons (Entre Lance et Ventoux) : Denise Jouve excusée

St-Auban-sur-l ’Ouvèze
: Valérie Rosier

Vinsobres : Colette Sénéclauze, Valérie Rosier, Philippe Perenoud (Excusés : Christine et Alain Poussielgue, Jean-Claude Boudeaux, Bella Flouret)

84 – VAUCLUSE
Vaison-la-Romaine – bureau excusé

A) Tour de table – Nouvelles

Nota : la réunion du jour se fait avec un effectif réduit car un certain nombre de nos membres participent à la Marche Solidaire Avignon-Orange – D’autres se sont excusés, week-end de la Pentecôte oblige.

 1 – Nyons – CCNR (26) (Comité Citoyen de Nyons pour les Réfugiés)

Marie-Claude Lefort et Jean-Jacques Roche font partie du CCNR et en même temps du Comité Nyonsais de la Ligue des Droits de l’Homme, récemment créé par Jean-Jacques. Ils mettent à notre disposition les compétences de la Ligue des Droits de l’Homme pour une coopération étroite avec les différents comités de la Plateforme, où les situations complexes à débrouiller, administrativement ou juridiquement, ne manquent pas. Comme la participation à la réunion de ce jour est exceptionnellement réduite, il est convenu de mettre la définition de cette coopération à l’ordre du jour de la prochaine réunion de la Plateforme (30 juin 2018) afin d’intégrer à notre réseau les nombreuses associations partenaires, et que tous les membres soient informés de la nature de cette coopération pour l’officialiser. 

Marie-Claude Lefort fait également partie du Carrefour des Habitants de Nyons. Une autre de ses casquettes est l’aide à la Grèce, où elle se rendra de nouveau en septembre 2018 avec des médicaments pour les dispensaires d’Athènes (avec autorisation officielle). Merci de lui faire parvenir vos boites (même entamées, mais notice obligatoire) courant août au plus tard.

2 – Buis-les-Baronnies – Comité pour les Réfugiés

La famille soudanaise dont s’est occupé le Comité depuis avril 2017 vole maintenant de ses propres ailes et s’est installée à Chartres pour se rapprocher d’une communauté de leur pays d’origine, contact qui leur manquait beaucoup dans nos territoires isolés. La nature de l’accueil au Buis se modifie:

Suite à un appel pressant de RESF (Réseau d’Education sans Frontières Avignon, complètement débordé), trois familles de Buis et des alentours ont accueilli en urgence 3 mineurs isolés africains (1 de Côte d’Ivoire, deux du Mali). Ils sont en attente de clarification administrative de leur situation. Le Comité a lancé un appel à dons financiers pour soutenir l’effort des aidants face aux frais occasionnés par ces accueils.

3 – VinsobresComité d’Accueil des Réfugiés de Vinsobres

La famille irakienne accueillie en mai 2015 est devenue autonome et a quitté Vinsobres pour Nyons. Le père de famille a réussi son diplôme pour « l’installation de réseaux câbles de communication (fibre optique) et l’une des filles prépare son CAP cuisine à Valréas. Ils ont encore de temps en temps besoin de se rapprocher du Comité, avec lequel ils ont tissé des liens d’amitié.

Philippe Perenoud souligne que, du fait de ce départ, le presbytère de Vinsobres se libère et pourra servir pour d’autres causes à partir de l’automne.

Récemment, Colette Sénéclauze , Laurence Gurly et Laurence Parsegian (ces dernières du comité de Vaison), Liljana et Luc du Buis ont participé à Crest, à un stage du Cercle de Compétences sur le thème « Psychotraumatolologie et exil » d’une très grande richesse et densité. Nous avons convenu de mettre ce thème à l’ordre du jour du 30 juin pour qu’ils puissent partager avec nous ce qu’ils ont appris à cette formation, animée par une psychologue spécialisée, Laetitia de Schoutheete. Sur leur demande, nous repostons le lien vers les vidéos (ICI), réalisées par la thérapeute, pour que chacun puisse les voir ou revoir, car elles sont d’une importance capitale pour saisir la nécessité de cette prise en charge spécifique du trauma du vécu douloureux et de l’exil. Luc Rouault, du Comité du Buis, souligne, lui aussi, l’importance de l’aide aux aidants. Il nous informe qu’un réseau de thérapeutes se met en place dans notre région pour aider réfugiés et aidants.

4 – Lachau/Séderon (26) – COPARHB (Comité Pour l’Accueil dans les Hautes-Baronnies)

Tous les projets d’accueil ayant jusqu’à présent échoué pour des raisons diverses, le Comité utilise ses modestes ressources financières pour aider des structures qui en ont besoin, comme le CHUM de Veynes, par exemple, de temps en temps. Le don de la Plateforme à la famille kurde parrainée par Josette Fournié a été complété, par les soins de COPARHB, par le paiement de factures d’avion et d’installation des 5 personnes en région lyonnaise (voir ICI)
Il se propose aussi de soutenir le Comité du Buis dans son aide à la famille irakienne ou aux mineurs africains, si cela s’avère nécessaire. Le Comité est aussi prêt à soutenir Hélène Rispal pour l’accueil provisoire de la famille irakienne actuellement à la Roche, si cela se fait en juillet.

Un groupe de folk breton de Sisteron offre à notre Comité d’animer une soirée dansante au profit des réfugiés, le 1 er septembre 2018.  La Mairie de Mévouillon, pressentie, met la salle des fêtes à notre disposition, gratuitement. Nous ne manquerons pas de faire la publicité nécessaire à l’évènement le moment venu. Nous attendons d’en parler à notre prochaine Assemblée Générale le 22 mai 2018.

Nous avons eu l’occasion de rencontrer à Séderon la Députée de la 3 e circonscription de la Drôme, Célia de Lavergne, à l’occasion de l’un de ses déplacements à la rencontre des élus. Comme au total seuls 5 habitants se sont déplacés, dont 3 de COPARHB, nous avons eu tout loisir de lui faire part des préoccupations locales, mais aussi de notre indignation contre la Loi Asile et Immigration, les Droits de l’Homme bafoués et l’injuste condamnation des personnes qui portent secours aux migrants. Une lettre sur ce sujet lui a été remise pour mémoire de notre part. Elle a déclaré ne pas être d’accord avec le délit de solidarité. Mais, bien qu’elle ait travaillé en Afrique, Il nous a semblé qu’elle n’était pas vraiment branchée Droits humains mais défendait plutôt les arguments de Gérard Collomb, visant à faire un tri entre ceux qui viennent d’un pays en guerre et ceux qui seraient partis par « tradition », pour avoir une vie meilleure. Nous attendons toujours une réponse à notre lettre.

Nota : Annie Molinet rappelle qu’elle se fait un plaisir de relayer sur le blog toutes les informations utiles que les différents comités souhaitent faire connaitre.

B) Notre participation aux Etats Généraux des Migrations (EGM)

Pour mémoire : les Etats Généraux des Migrations ont été lancés en novembre 2017 par 470 associations et collectifs citoyens (Site EGM). Ils sont à l’origine de la « Journée noire » du 21 janvier 2018, au niveau national, contre le projet de loi Asile et Immigration de Gérard Collomb. Des membres du CARDAV ont participé à cet événement à Nyons, à côté de la Ligue des Droits de l’Homme (voir blog ici) ainsi qu’au Buis (voir blog ici), événements relayés positivement par la presse locale. Nous avons fait parvenir récemment aux EGM, par l’intermédiaire de l’Assemblée locale Drôme-Ardèche, une synthèse sur nos activités et problèmes particuliers.

Les EGM ont déjà organisé, cette année, deux réunions à Valence. Valérie Rosier a représenté le CARDAV à la troisième, lundi 12 mars 2018 et a pu y parler de l’activité de nos comités. Elle a pu se rendre compte à quel point les grandes associations, souvent citadines, pouvaient méconnaître les spécificités de nos petites structures situées dans des territoires isolés et peu peuplés.

Comme déjà annoncé sur le blog (ICI), la première session nationale des EGM se tiendra à Montreuil (93) les 26 et 27 mai 2018. Valérie Rosier se propose de représenter le CARDAV afin de donner de la visibilité à nos comités et par là, à tous ceux qui ont la même spécificité d’éloignement de tout centre urbain important, avec les complications que cela implique au niveau de l’apprentissage du français, des soins, des démarches administratives, des écoles et des possibilités de formation et de travail. Sans parler des aides psychologiques pour les exilés mais aussi pour les aidants. Au-delà de ces points, Valérie espère que les EGM puissent peser aux niveaux politiques national et européen en participant à une Initiative européenne sur l’immigration (voir ICI comment ça marche). Une pétition a déjà été lancée, nous recommandons à tous de la signer pour qu’elle ait du poids ! ( Lien ICI).  Les membres présents donnent mandat à Valérie Rosier pour représenter la Plateforme à ce rassemblement important et de parler en son nom. Accord unanime pour une prise en charge du billet de train par la Plateforme. Merci de faire parvenir vos commentaires éventuels concernant cette session EGM à Valérie jeudi 24 mai au plus tard.

C) Marche Solidaire La Roya-Calais

Pour mémoire : la marche se déroule du 30 avril au 7 juillet 2018, de la frontière franco-italienne à la frontière franco-britannique. Elle se divise en 60 étapes d’une longueur moyenne de 25 km. Chaque étape sera marquée par une rencontre (conférence-débat, projection d’un film et débat, concert…), qui pourra être l’occasion d’une collecte de fonds. La marche d’Avignon à Orange a lieu ce jour, le 19 mai 2018 (voir programme détaillé : https://www.roya-citoyenne.fr. La réunion de la Plateforme se termine comme prévu vers 14 h 30 pour permettre à  un certain nombre de nos membres de rejoindre le covoiturage organisé pour se rendre à Orange.

Prochaine réunion : samedi 30 juin 2018 à 10 H 30, suivie d’un repas partagé

Ordre du jour prévu (à compléter)

  • Tour de table
  • Coopération avec la Ligue des Droits de l’Homme de Nyons et les associations partenaires
  • Compte-rendu du stage de formation à l’aide des traumatismes psychologiques de l’exil et importance de l’aide psychologique aux aidants (Colette Sénéclauze, Laurence G., Laurence P , Liljana et Luc)
  • Compte-rendu de la Marche Solidaire Avignon-Orange
  • Compte-rendu EGM Montreuil 27 mai 2018 (Valérie Rosier)
  • « Initiatives européennes pour l’immigration » voir la pétition sur https://www.weareawelcomingeurope.eu/fr/)
  • Projet de de lancer une liste aux élections européennes de 2018 pour un accueil solidaire des réfugiés, en lien avec les Etats Généraux des MigrationsPour la Plateforme
    Annie, Colette, Valérie

azure_kumquat

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

La Marche Solidaire à Orange – Echos!

Bonjour à toutes et tous,

Samedi, après la réunion de la plateforme CARDAV, 3 voitures ont rejoint Orange pour participer à l’arrivée de la Marche pour les migrants.

Surprise positive du lieu d’accueil, je vous encourage à taper “café jardin” sur internet pour le découvrir si vous ne le connaissez pas.

Moment convivial, riche d’échanges, agrémenté entre autres d’un chant entonné par le groupe vocal   “Monalisa” et repris par toute l’assemblée :“Laissez passer…”;

d’un moment d’expression avec le café-citoyen d’Orange;

d’un repas partagé en musique…

Ci-joint ce qu’en dit la presse : La Provence et Dimanche Vaucluse du 20 juin.

D’autre part, pour info : un 4 pages dans Marianne (du 11-17 mai) “sur la route des migrants”.

Envoyé aux responsables des comités qui voudront bien transmettre à leurs membres, excusez pour les doublons, mais tous ne reçoivent pas le blog.

Pour la Plateforme CARDAV, Valérie Rosier, Colette Sénéclauze

Cliquer pour agrandir!

Dimanche Vaucluse - 20 mai 2015
Dimanche Vaucluse – 20 mai 2015
La Provence, dimanche 20 mai 2018
La Provence, dimanche 20 mai 2018
Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

26 et 27 mai  – Session nationale des EGM à Montreuil (93)

siteon0

26 et 27 mai : première session nationale des Etats Généraux des Migrations

Les 101 assemblées locales des États Généraux des Migrations se donnent un premier grand rendez-vous national les 26 et 27 mai 2018 à la salle des fêtes de Montreuil (Seine Saint-Denis).

Après une première rencontre nationale en octobre, des centaines de réunions et de mobilisations dans les assemblées locales et une journée collective de travail en avril, la session nationale des États Généraux des Migrations se tiendra les samedi 26 et dimanche 27 mai 2018 à Montreuil (93).

Programme de la session nationale

Samedi 26 mai

Horaires : entre 14h et 22h

  • Présentation d’initiatives citoyennes répondant à des situations locales inacceptables ; intervention de partenaires européens (14h30 – 17h30)
  • Travail sur le « socle commun », un document avec les valeurs et les propositions, issu des travaux des assemblées locales (17h30 – 19h30)
  • A partir de 19h30 : repas et temps convivial

Dimanche 27 mai

Horaires : entre 9h30 – 16h

  • Echanges sur plusieurs thématiques entre les participants (10h – 12h)
  • Temps de travail en interne pour imaginer les suites du processus et restitution (13h – 16h)

Cette session nationale sera aussi l’occasion de nous rencontrer ou de nous retrouver, de nous voir et nous savoir ensemble, dans une ambiance conviviale !

Les États Généraux des Migrations cherchent à mobiliser toutes les personnes intéressées et souhaitant s’investir, il n’y a donc pas de conditions requises pour s’inscrire.

Si vous souhaitez participer, inscrivez vous en remplissant le formulaire ci-joint

 

lxx

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

 

Nous sommes tous frères et soeurs dans la grande communauté humaine!