MOBILISATION AUX FRONTIÈRES – BRIANÇON 4 DÉCEMBRE 2019

MOBILISATION AUX FRONTIÈRES
BRIANÇON, LE 4 DÉCEMBRE 2019

Voici le témoignage de Dominique Mandart, de Buis-les-Baronnies (26), qui a participé à cette chaîne humaine!

Ce 4 décembre 2019, à l’appel de plusieurs associations et organisations* nous étions 400 à Briançon pour faire une chaîne de la solidarité pour le respect des Droits des exilés

Au même moment qu’à Briançon se déroulait la même mobilisation dans la Roya à la frontière italienne, à Calais et Grande-Synthe à la frontière anglaise, à Hendaye à la frontière espagnole. Nous manifestons tous à la même heure, midi, quand les sirènes retentissent, avec les mêmes slogans.

Nous manifestons pour qu’une enquête parlementaire ait lieu, ayant constaté : « une insuffisance voire une absence de tout dispositif sanitaire et social pour les besoins fondamentaux des personnes exilées, de très sérieuses lacunes quant à la protection des mineurs isolés, des obstacles majeurs à la demande d’asile, des pratiques de refoulement aux frontières peu respectueuses des procédures légales, des comportements brutaux de la part de certains services de police, des pratiques d’intimidation voire de harcèlement des personnes venant apporter une simple aide humanitaire ».

La voix, l’indignation de tous ceux qui sont présents auprès des réfugiés et migrants ont résonné, la résistance s’est manifestée. Le « travail » pour qu’une enquête parlementaire sur ces exactions puisse enfin avoir lieu se fait au niveau des responsables des associations, à Paris.

C’est ici, sur le terrain, et « là-haut », dans les différentes instances, que nous faisons « corps » pour que le respect des Droits des Exilés advienne.

*Amnesty International, la Cimade, Médecins du Monde, Médecins sans Frontières, Secours Catholique…

Quelques échos dans la presse:
Le Monde
Alpes1
Tous Migrants
Vidéos sur Facebook Tous Migrants
Frequence Mistral

Communiqué par Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse (CARDAV)
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71 arquaique@orange.fr 
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44  
c.a.sene2015@gmail.com
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77 coparhb@gmail.com 

N'oubliez pas que notre page de groupe sur Facebook vous permet de partager de façon informelle toutes les informations que vous jugez pertinentes et utiles

Mercredi 18 Décembre 2019 JOURNÉE INTERNATIONALE DES MIGRANTS – 26170 Buis-les-Baronnies

Mercredi 18 Décembre 2019
JOURNÉE INTERNATIONALE DES MIGRANTS
Retrouvons-nous au marché de
BUIS-les-BARONNIES à 11 H (Arcades)
pour manifester notre solidarité
autour de boissons chaudes

Le Collectif Buis Accueil Réfugiés

Cette date du 18 décembre 2019 s’annonce comme une étape inédite de la campagne « Égaux, Égales, Personne n’est illégal ». Depuis un an cette campagne soutient les collectifs de sans-papiers et les migrant.e.s dans leur lutte pour l’égalité des droits et la régularisation de toutes et tous.

Cet appel est exceptionnel par la diversité et le nombre des acteurs qu’il rassemble : collectifs de sans-papiers, syndicats, associations de solidarité, organisations d’appui aux migrant.e.s réparties sur toute la France, et partis politiques.

La plateforme CARDAV (Colectifs pour l’Accueil des Réfugiés en Drôme Ardèche Vaucluse) souhaite, par le soutien qu’elle apporte à cette campagne, réaffirmer sa solidarité avec les collectifs de sans-papiers et les syndicats, avec lesquels de nombreuses organisations nationales et assemblées locales membres des Etats Généraux des Migrations travaillent au quotidien, en soutien aux personnes exilées.

Nous, Collectifs d’Accueil, nous joignons aux dizaines d’événements prévus partout en France et organisons le mercredi 18 décembre à
11 H un rassemblement sur le marché de Buis les Baronnies, aux Arcades.

La généralisation de la précarisation, provoquée par les politiques d’austérité menées par nos gouvernants, nourrit les sentiments de mal-être et de repli sur soi dans la population. C’est en luttant ensemble et de manière efficace que nous pourrons contribuer à une société juste et égalitaire.

Cliquer en haut à droite de l’image pour l’agrandir et l’imprimer – Merci de partager cette invitation autour de vous

Ci-dessous le texte du tract pour une lecture plus facile:

Nous, Collectifs de Sans-Papiers et MigrantEs, Syndicats, Associations, Collectifs de solidarité, États Généraux des Migrations, Marche des Solidarités appelons à des manifestations et rassemblements le 18 décembre, journée internationale des migrantEs.

Nous marcherons toutes et tous ensemble pour affirmer avec encore plus de vigueur : « Egaux, Egales, personne n’est illégal ».

Nous marcherons pour la ratification par la France de la « convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille » adoptée par l’ONU le 18 décembre 1990 et qui vise à garantir l’égalité de traitement entre travailleurs et travailleuses françaisEs et immigréEs.

Nous marcherons pour stopper la montée des nationalismes, le développement du fascisme, et de toutes les formes de racisme.

Nous marcherons en mémoire des dizaines de milliers de femmes, d’enfants et d’hommes mortEs sur les routes de la migration, victimes des frontières et des politiques meurtrières des gouvernements des pays les plus riches de la planète et de leurs complices.

Nous marcherons pour la liberté de circulation, pour la fin du système de Dublin, l’abandon de la Directive retour et la fermeture des centres de rétention.

Nous marcherons contre l’idée fausse que l’immigration crée du dumping social, pour la régularisation des sans-papiers et pour l’égalité des droits de toutes et tous.

Nous marcherons pour soutenir et amplifier les grèves et luttes des Sans-Papiers pour obtenir leur régularisation et la justice sociale.

A l’heure où le gouvernement annonce des mesures sans précédent : immigration « choisie », privation – pour les demandeurs d’asile – d’accès à la protection maladie pendant les trois premiers mois après le dépôt de leur demande, durcissement des conditions d’accès à l’Aide Médicale d’État (AME), nous marcherons pour affirmer que l’égalité ne se discute pas, elle doit être mise en œuvre, maintenant.

C’est la précarisation générale et la remise en cause des acquis sociaux par les politiques répressives et d’austérité menées par les gouvernements successifs, spécialement celui d’Emmanuel Macron, qui exacerbent les discours de haine, accroissent la pauvreté et le repli sur soi dans la population. C’est en luttant ensemble que nous pourrons nous battre efficacement pour une société meilleure, solidaire et égalitaire.

Communiqué par Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse (CARDAV)
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71 arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene2015@gmail.com
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77 coparhb@gmail.com
N'oubliez pas que notre page de groupe sur Facebook vous permet de partager de façon informelle toutes les informations que vous jugez pertinentes et utiles

A propos des exilés pères de famille…

Je suis Luc Rouault.

J’ai participé au Comité d’Accueil des Réfugiés de Buis-les-Baronnies, ainsi qu’au groupe de parole du CARDAV, conduit par la psychologue de Nyons Anne Morin, dont le but est d’accompagner et d’aider les aidants ou les accueillants dans leurs démarches d’accompagnement des réfugiés.

En tant que thérapeute et mari de Ljljana, – qui intervient auprès des comités de Buis, Vinsobres. et Nyons comme traductrice et interprète, entre autres de la langue arabe- j’ai pu côtoyer et suivre l’évolution des familles accueillies. C’est la raison pour laquelle j’ai tenu à partager mes réflexions au précieux groupe de parole sous la forme d’un texte, que les membres du CARDAV m’invitent à publier ici.

Quant à moi, et après discussion avec Ljljana qui m’a rendu compte des relations avec les familles irakiennes et syriennes, mais aussi avant elles et entre autres, avec des Soudanais et des Palestiniens, j’ai envie de vous partager quelques éléments de réflexion qui, peut-être, pourront apporter de l’eau au moulin de l’accueil que nous faisons aux nouveaux arrivants dans notre pays.

Je suis parti d’un constat qui me semble récurent, dont je ne tiens pas à faire une généralité, mais que Anne doit connaitre, et peut être a-t-elle des outils permettant de démêler quelques fibres tissant nos rapports complexes avec les populations de réfugiés:

De ce que je constate, les pères en particulier ont des difficultés d’adaptation plus difficiles ou plus lentes que leurs enfants et peut-être même que leur femme, quelquefois.

Aussi, devoir fuir leur pays place, notamment les hommes, dans la situation d’être déchus de plusieurs puissances:

  • La puissance du chef de clan, en France séparés du reste de leur famille, loin des solidarités de village, et /ou dues à leurs pratiques culturelles, notamment liées à l’islam, religieux ou laïque,
  • La puissance professionnelle, on doit ici apprendre, réapprendre, découvrir, s’affronter à de l’inconnu malgré un état de fragilité, et de vulnérabilité,
  • La puissance de la communication, on ne sait pas la langue française, apprendre, mémoriser à l’âge adulte est plus difficile, et demande d’être en confiance, livrer sa confiance lorsqu’on a été chassé, torturé, dupé, trahi, terrorisé, humilié… demande un effort immense,
  • La puissance familiale, on a été déchu de toute autorité, on n’a rien à transmettre du monde nouveau à vivre à sa progéniture, ne connaissant pas ce monde, ses valeurs, ses coutumes, ses droits, ses interdits, … on a honte, on culpabilise, on ne veut pas le montrer, on est dans l’incapacité de prendre du recul sur soi et sa situation, on ne trouve pas les ressorts de l’énergie de l’action, on ne comprend pas pourquoi on ne les trouve pas, c’est une spirale descendante, on se replie et se réfugie dans l’autoritarisme connu,
  • La puissance de la maîtrise du temps, de son propre agenda qui définit sa potentialité d’autonomie est remise en question par l’attente infinie de son statut, sans quoi nulle projection n’est envisageable,
  • Celle de la maîtrise de l’espace, on est réduit dans sa mobilité faute de moyens ou de sentiment de sécurité, on n’a pas d’attachement à sa nouvelle terre, qui n’est qu’un substrat de substitution sans possibilité d’appropriation à court ou moyen terme, si ce n’est avant plusieurs générations,
  • Enfin la puissance politique qui demanderait une sacrée distance critique et des moyens psychiques, intellectuels, financiers, émotionnels ou une culture spirituelle considérables dans une telle situation où le momentané précaire dure infiniment et grignote les capacités de patience et de sérénité intérieure nécessaire au bon équilibre mental.
  • La puissance de la transmission des savoirs du père vers ses enfants : que restera-t-il de sa position de transmetteur quand les plus facilement « adaptables » au nouveau monde à vivre maintenant, les enfants et de ceux-là plus singulièrement les filles, transmettront elles-mêmes, par effet inverse la connaissance, la langue, les coutumes, l’éducation de ce monde à leurs parents . 

Ainsi je voulais vous partager modestement cette réflexion sans avoir la prétention d’aucune recette miracle à proposer, mais je pensais utile de poser ces constats et ces faits qui permettront peut-être d’avancer dans l’analyse et les moyens à trouver pour une action positive et bienveillante de long terme, et donc pour dépasser les sentiments légitimes de lassitude ou de colère, dues à des incompréhensions mutuelles entre accueillants et accueillis .

Les migrants nous remettent en question dans nos propres valeurs , il déstabilisent nos certitudes, nos propres croyances et nos habitudes, ils nous fragilisent aussi et nous devons le reconnaître.

C’est aussi pour cela certainement, dans nos volontés de comprendre et d’aider l’humain, en surpassant, tout en les respectant, nos cultures et nos différences, que nous-mêmes grandissons et continuons d’être vraiment vivants.

Quelle chance!

Bon courage à vous,
En amitié,

Luc

Communiqué par Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse (CARDAV)
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71 arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene2015@gmail.com
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77 coparhb@gmail.com
N'oubliez pas que notre page de groupe sur Facebook vous permet de partager de façon informelle toutes les informations que vous jugez pertinentes et utiles

réunion de la Plateforme CARDAV: samedi 14 décembre 2019

Bonjour chers ami(e)s de la Plateforme,

Vous êtes chaleureusement convié(e)s à la réunion de la Plateforme CARDAV (Comités d’Accueil de Réfugiés en Drôme, Ardèche et Vaucluse)

Samedi 14 décembre 2019 à 10 H
Salle de la Colombe – 1, avenue Paul Laurens 26110 Nyons
(à côté du Temple) 

Si vous ne pouvez venir en tant que délégué(e), faites-vous représenter si possible par d’autres membres de votre collectif.

Voici la proposition d’ordre du jour :

  • Point sur la situation des comités (tour de table)
  • Mercredi 18 décembre : Journée Internationale des Migrants. Rassemblement à Buis-les-Baronnies
  • Evolution des infos du gouvernement pour l’accueil des réfugiés…restriction AME…
  • Rapport sur la dernière assemblée des Etats Généraux des Migrations et campagne des municipales
  • Infos sur le blog. 
  • Organisation de la fête de la Fraternité du 26 janvier 2020 pour et par les réfugiés.
  • La FEP propose une journée de rencontre entre toutes les personnes qui accompagnent, ont accompagné ou souhaitent accompagner les familles qui arrivent par les couloirs humanitaires dans notre région.
  • Questions diverses

    Repas partagé

Merci de faire votre possible pour venir participer, entre autres, à la préparation de la Fête de la Fraternité. Nous souhaitons une large participation de nos accueillis, à nous comités de les solliciter pour les rendre acteurs de cette journée.

Pour la plateforme: Valérie Rosier, Annie Molinet, Colette Sénéclauze

Communiqué par Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse (CARDAV)
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71 arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene2015@gmail.com
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77 coparhb@gmail.com
N'oubliez pas que notre page de groupe sur Facebook vous permet de partager de façon informelle toutes les informations que vous jugez pertinentes et utiles

les enfants Yezidis a l’ecole…

Nos amis de Val de Drôme Accueil Réfugiés nous transmettent un document infiniment précieux sur l’accueil à l’école des enfants Yezidis. Difficile pour nous en France d’imaginer que des enfants n’aient jamais tenu un crayon ou un livre dans leurs mains… Ils n’ont connu que l’exil et les camps.

Vous trouverez ci-dessous le témoignage du Directeur de l’Ecole élémentaire de Mirabel et Blacons nous expliquant avec des mots simples comment la pédagogie quotidienne est à inventer pour que les petis yezidis puissent faire l’apprentissage de l’école et du français.

Pour en savoir plus sur la culture des Yezidis, possibilité de s’informer lors de la Journée yezidie le 25 janvier 2020, à Valence et à Crest (voir programme ci-dessous).

Communiqué par Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse (CARDAV)
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71 arquaique@orange.fr 
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44  
c.a.sene2015@gmail.com
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77 coparhb@gmail.com 
N'oubliez pas que notre page de groupe sur Facebook vous permet de partager de façon informelle toutes les informations que vous jugez pertinentes et utiles

Journée Internationale des Migrant-e-s Mercredi 18 décembre 2019

Les EGM (Etats Généraux des Migrations) nous adressent en tant qu’antenne locale régionale un tract pour nous inviter à nous mobiliser pour la Journée Internationale des Migrant-e-s mercredi 18 décembre 2019.

Nous vous tiendrons informés sur ce blog des actions qui seront entreprises sur le secteur Drôme Ardèche et Vaucluse.

Ci-dessous le texte du tract pour une lecture plus facile:

Nous, Collectifs de Sans-Papiers et MigrantEs, Syndicats, Associations, Collectifs de solidarité, États Généraux des Migrations, Marche des Solidarités appelons à des manifestations et rassemblements le 18 décembre, journée internationale des migrantEs.

Nous marcherons toutes et tous ensemble pour affirmer avec encore plus de vigueur : « Egaux, Egales, personne n’est illégal ».

Nous marcherons pour la ratification par la France de la « convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille » adoptée par l’ONU le 18 décembre 1990 et qui vise à garantir l’égalité de traitement entre travailleurs et travailleuses françaisEs et immigréEs.

Nous marcherons pour stopper la montée des nationalismes, le développement du fascisme, et de toutes les formes de racisme.

Nous marcherons en mémoire des dizaines de milliers de femmes, d’enfants et d’hommes mortEs sur les routes de la migration, victimes des frontières et des politiques meurtrières des gouvernements des pays les plus riches de la planète et de leurs complices.

Nous marcherons pour la liberté de circulation, pour la fin du système de Dublin, l’abandon de la Directive retour et la fermeture des centres de rétention.

Nous marcherons contre l’idée fausse que l’immigration crée du dumping social, pour la régularisation des sans-papiers et pour l’égalité des droits de toutes et tous.

Nous marcherons pour soutenir et amplifier les grèves et luttes des Sans-Papiers pour obtenir leur régularisation et la justice sociale.

A l’heure où le gouvernement annonce des mesures sans précédent : immigration « choisie », privation – pour les demandeurs d’asile – d’accès à la protection maladie pendant les trois premiers mois après le dépôt de leur demande, durcissement des conditions d’accès à l’Aide Médicale d’État (AME), nous marcherons pour affirmer que l’égalité ne se discute pas, elle doit être mise en œuvre, maintenant.

C’est la précarisation générale et la remise en cause des acquis sociaux par les politiques répressives et d’austérité menées par les gouvernements successifs, spécialement celui d’Emmanuel Macron, qui exacerbent les discours de haine, accroissent la pauvreté et le repli sur soi dans la population. C’est en luttant ensemble que nous pourrons nous battre efficacement pour une société meilleure, solidaire et égalitaire.

Communiqué par Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse (CARDAV)
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71 arquaique@orange.fr 
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44  
c.a.sene2015@gmail.com
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77 coparhb@gmail.com 
N'oubliez pas que notre page de groupe sur Facebook vous permet de partager de façon informelle toutes les informations que vous jugez pertinentes et utiles

APPEL À MOBILISATION : « ACTION-FRONTIÈRES » MERCREDI 4 DÉCEMBRE À BRIANÇON !

L’Association TOUS MIGRANTS, avec laquelle notre Plateforme CARDAV (Comités d’Accueil de Réfugiés en Drôme, Ardèche Vaucluse) entretient des liens étroits nous invite à nous joindre à la grande chaîne humaine prévue à Briançon (05) mercredi 4 décembre 2019.

Il s’agit de dénoncer les atteintes aux droits des personnes exilées commises aux frontières par les autorités françaises, en interpellant les députés.

tousmigrants.org
APPEL À MOBILISATION : « ACTION-FRONTIÈRES »

MERCREDI 4 DÉCEMBRE À BRIANÇON !
Nous avons besoin de votre présence mercredi 4 décembre
de 11h30 à 13h00 à Briançon
 
Formons une chaîne solidaire le long de l’Avenue de la République (la Chaussée) jusqu’à la Sous-Préfecture (Maison de l’État) pour dénoncer les atteintes aux droits à la frontière. 

  Cet appel à mobilisation est national

Soyons nombreux à Briançon !
   
APPEL À MOBILISATION LE 4 DÉCEMBRE 2019

Mesdames, Messieurs les député·e·s, IL FAUT ENQUÊTER

Amnesty International France, La Cimade, Médecins du Monde, Médecins sans frontières, le Secours catholique et leurs partenaires locaux appellent à une mobilisation le 4 décembre à 12h pour dénoncer les atteintes aux droits des personnes exilées commises aux frontières par les autorités françaises.

Elles appellent à la mise en place d’urgence d’une commission d’enquête parlementaire pour mettre un terme à ces violations.

Aujourd’hui, de nombreuses atteintes aux droits fondamentaux sont constatées aux frontières : absence de tout dispositif sanitaire et social, destruction d’abris, obstacles à la demande d’asile, non-protection des mineur·e·s isolé·e·s, refoulements systématiques, comportements brutaux, harcèlement des personnes solidaires…

Nous demandons aux député·e·s l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire afin de confirmer et de compléter ces constats et, surtout, de proposer des mesures concrètes pour que soient respectés les droits fondamentaux des personnes exilées.

En partenariat avec les acteurs présents sur les terrains, des mobilisations portant les mêmes messages auront lieu sur plusieurs villes-frontières le 4 décembre prochain, lorsque les sirènes des pompiers retentiront partout en France à 12h, comme symboles de nos alertes.

RENDEZ-VOUS LE 4 DECEMBRE À :

Briançon : à 11h30 près du rond-point en bas de l’Avenue de la République (la Chaussée) pour former une chaîne solidaire jusqu’à la Sous-Préfecture.

Calais : à 11h30 devant la statue des « Bourgeois de Calais »

Dunkerque : à 11h place Jean Baert

Hendaye : à 11h30 devant la gare SNCFMenton : à 11h30
Pont Saint Ludovic

Communiqué par Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse (CARDAV)
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71 arquaique@orange.fr 
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44  
c.a.sene2015@gmail.com
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77 coparhb@gmail.com 
N'oubliez pas que notre page de groupe sur Facebook vous permet de partager de façon informelle toutes les informations que vous jugez pertinentes et utiles

Nous sommes tous frères et soeurs dans la grande communauté humaine!