Archives du mot-clé collectif  Pays Viganais Terre d’Accueil

Fête de la Fraternité – 27 janvier 2019 – Buis-les-Baronnies

La Fête de la Fraternité a eu lieu dimanche 27 janvier 2019, Salle de la Palun, à Buis les Baronnies, en Drôme Provençale.

Salle des Fêtes de La Palun - Buis-les-Baronnies
Salle des Fêtes de La Palun – Buis-les-Baronnies
Bienvenue à la Fête de la Fraternité!
Bienvenue à la Fête de la Fraternité!


Les organisateurs et membres des différents Comités de la Plateforme CARDAV (Comité d’Accueil des Réfugiés en Drôme, Ardèche et Vaucluse) se retrouvent à midi pour un repas partagé avec les quatre invitées cévenoles représentant le collectif  Pays Viganais Terre d’Accueil. C’est un moment convivial pour faire connaissance!

La Compagnie du parquet nomade invite les visiteurs à s'amurer un peu...
La Compagnie du parquet nomade invite les visiteurs à s’amurer un peu…

Les visiteurs commencent à arriver vers 14 H et sont aussitôt surpris d’être accueillis par trois frimousses déguisées en chats tantôt fripons, tantôt enjôleurs, qui virevoltent autour d’eux, en les provoquant amicalement!

Taquineries...
Taquineries…

Très agréable prestation de la Compagnie du Parquet Nomadeen résidence cette année à l’invitation de La Gargoulette avec son projet AliceS au pays des Baronnies!

A l’entrée de la salle, les enfants trouvent rapidement à s’occuper dans un atelier de jeux animés par Mistigi, la ludothèque de Buis-les-Baronnies. 

Ensemble vocal féminin Monalisa
Ensemble vocal féminin Monalisa

L’ensemble vocal féminin Monalisa , sous la direction d’Isabelle Finck, nous offre de magnifiques chants traditionnels du monde. Un moment de grande sérénité! Chants souvent nostalgiques, qui nous rapprochent par l’imagination de pays lointains, peut-être quittés pour l’exil, pour certains … 

Brigitte, Patricia, Lilian, Beate: nos invitées cévenoles du Vigan présentent leur action

Les invitées du Vigan, Cévennes
Nos invitées cévenoles du Vigan

Devant une salle comble et attentive, Brigitte, au nom du Collectif Pays viganais terre d’accueil témoigne  de leur engagement local (et au-delà!) depuis leurs trois années d’existence.

Brigitte
Brigitte

« La tradition d’accueil est ancrée en terre cévenole. Terre de refuge (ont été accueillis au Vigan des « boat people d’Asie du Sud-Est  dans les années 70, des juifs pendant la seconde guerre mondiale, des Espagnols de la guerre civile de 1936, des protestants pendant les guerres de religion de 1685), nous sommes héritiers de cette histoire et nous nous devons de la perpétuer. C’est tout naturellement que le Collectif Pays viganais terre d’accueil a accueilli et accompagne nos ami(e)s migrants, réfugiés (une quarantaine), essentiellement soudanais et afghans, dans des actions qui se veulent pérennes.

Un atout pour nous : l’implication de la municipalité viganaise qui a voté à l’unanimité du conseil municipal le 18 décembre 2018 l’adhésion à L’association nationale des villes et territoires accueillants et qui avait signé dès 2015 la Charte des communes solidaires du Gard.

Avec d’autres communes rurales (Mandagout, Valleraugue, St Hippolyte, Lasalle, St Jean du Gard…) mais aussi trois grandes villes Montpellier, Nîmes, Alès, nous avons créé l’Interco (Inter-collectif) afin de partager (une fois par mois) nos trouvailles, nos problèmes et nos questionnements, de faire ‘poids’ dans nos interventions et luttes.

Nous sommes aussi engagé(e)s dans les Etats Generaux  des Migrations qui sont un processus dans lequel sont impliqués des centaines de collectifs et d’associations locales ou nationales présentes sur le terrain aux côtés des personnes étrangères. Partout en France, ces acteurs se concertent et organisent des événements publics pour dénoncer la politique actuelle et être force de proposition afin d’obtenir un changement radical de la politique migratoire.

Etre à la fois concrètement présent(e)s sur le terrain auprès de nos ami(e)s, mais aussi présent(e)s dans des propositions pour une autre politique migratoire française et européenne, dans ses luttes, tel est notre challenge ! 

Le  collectif Pays viganais terre d’accueil a vu le jour en 2016 et nous réalisons combien cette solidarité envers nos amis exilés a créé du lien entre nous et nous a demandé d’être présents sur trois axes, en tant qu’accueillants (une quarantaine d’exilés soudanais, afghans essentiellement) et militants.

Ces trois axes :

  • Etre présents dans l’accompagnement au quotidien de nos amis exilés (migrants, réfugiés, oiseaux…) pour la santé, l’hébergement, la nourriture, le juridique, le FLE, les ‘mises à l’abri’, la formation professionnalisante, recherche de travail…
  • Etre présents dans nos villages, villes, régions, à travers le tissu associatif, culturel. Sur le marché, nous expliquons, nous présentons nos luttes ; nous nous laissons inviter au cinéma pour participer à des débats ; nous avons invité notre municipalité  à organiser en mairie une cérémonie de parrainage (certes non juridique mais symbolique) afin d’attester que nos amis migrants sont intégrés dans notre ville : Il n’y a plus des ‘migrants’, des ‘parrains’ mais Mohamad, Justine, Omar, Valérie… ; nous organisons aussi des vide-greniers pour renflouer nos finances.
  • Etre présents dans les réflexions et luttes pour penser, imaginer une politique migratoire digne : marches diverses, manifestations, soutien à des actions nationales, réflexions…

Cela fait beaucoup ? Pas vraiment car nous nous sommes organisés en commissions qui se réunissent indépendamment et ne remontent aux réunions mensuelles du collectif que les grandes lignes… Et surtout : chaque bénévoles trouve la place et le rythme qui lui convient, et on y tient ! !

Vous rencontrer à Buis les Baronnies est une opportunité de plus pour nous ‘d’étendre nos cordages’, d’échanger avec vous, d’apprendre de la richesse culturelle (chants, théâtre, danse) dont vous nous avez régalés… et qui nous a donné des idées !

Merci pour votre invitation, entre nous, des liens sont créés, une solidarité est née ! »

Pour illustrer ces propos, le Collectif  Pays Viganais Terre d’Accueil nous présente leur action sous forme de powerpoint.

(cliquer pour faire défiler les pages)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un merveilleux intermède: Mohamed et Omar chantent pour nous!

Mohamed et Omar
Mohamed et Omar
Mohamed et Omar
Mohamed et Omar

Ces deux jeunes réfugiés ivoiriens, hébergés localement, ont su vaincre leur timidité devant cette salle comble et impressionnante pour chanter avec beaucoup de conviction et de talent, en français et en dialecte ivoirien, avec l’accompagnement musical complice de Marine Rosier. Une prestation surprise, parfaitement maîtrisée, et d’une spontanéité rafraîchissante. 

Témoignage de Catherine Richard, membre du Comité Buis Accueil Réfugiés

Grande Synthe

En décembre, je suis allée passer 10 jours avec les associations de Grande Synthe qui aident les migrants dans la « jungle », principalement Salam et Emmaüs. A cette période, il y avait environ 450 personnes, principalement des hommes, Kurdes irakiens, mais aussi des familles avec de très jeunes enfants, ainsi qu’une cinquantaine de Pakistanais. Le temps était froid, humide, avec beaucoup de vent. Ils vivent dans des tentes ou sous des bâches et heureusement plusieurs associations viennent tous les jours leur distribuer des repas chauds. Une association anglaise pour le petit déjeuner, les associations françaises pour le déjeuner et une association hollandaise pour le soir. Ces personnes étaient épuisées, plusieurs s’étaient blessées en essayant de passer en Angleterre et elles étaient nombreuses à avoir des problèmes de peau vu leurs conditions de vie. La police passait tous les deux ou trois jours pour détruire les tentes et les bâches.

En janvier, Damien Carême, maire de Grande Synthe, a obtenu l’autorisation d’ouvrir le gymnase et a pu mettre à l’abri 250 personnes. Ils dorment à même le sol, mais au chaud. De nombreuses tentes sont installées tout autour mais une centaine de migrants sont encore dans la jungle malgré le froid qui s’est installé. Les familles ont pu être mises à l’abri. Les associations continuent la préparation et la distribution des repas et les compagnons d’Emmaüs assurent une maraude le soir pour leur apporter des boissons chaudes. La police continue de détruire les abris de ceux qui sont encore dans la jungle et la semaine dernière ils ont détruit toutes les réserves alimentaires du camp des pakistanais.

Calais

En décembre il y avait environ 600 migrants, aujourd’hui ils sont 450, certains ont réussi à passer en Angleterre. Ils viennent pour 1/3 d’Iran et pour 2/3 d’Érythrée, d’Éthiopie, d’Afghanistan et du Soudan. De nombreux Iraniens ont pu bénéficier de la libéralisation des visas en Serbie, ils n’ont pas laissé leurs empreintes et donc ne sont pas sous la responsabilité de ce pays. Ils vont tenter leur chance vers l’Angleterre, manipulés par les passeurs. A Calais, onze associations ont attaqué l’état en justice pour exiger des autorités un minimum d’humanité. Le tribunal administratif leur a donné raison. Des points d’eau, des douches et des toilettes ont été installés à proximité des camps. La Cabane Juridique a signalé à l’Inspection Générale de la Police Nationale des cas de violence policière. La police continue à passer, toutes les 48 h, pour détruire les tentes des migrants, ils sont victimes de violences policières, verbales et physiques. La semaine dernière, les policiers sont venus détruire le camp des iraniens le matin, les associations leur ont rapporté des tentes et des couvertures mais la police est revenue le soir pour à nouveau tout détruire.

Le Ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, était présent cette semaine à Calais, entouré de nombreux journalistes. Son but est de renforcer la frontière britannique, améliorer la « collaboration » entre les forces de sécurité française et britannique, surveiller les plages et les ports mais il n ‘est pas question d’améliorer le sort des migrants. Avec le froid, le vent, l’humidité, les migrants sont épuisés, des tensions commencent à monter. Les migrants sont harcelés par la police et il en est de même pour les membres des associations.

Une Marche Solidaire, Vintimille-Calais sera organisée fin avril, l’arrivée à Calais aura lieu le 8 mai 2019.

Briançon

Rien n’a changé depuis l’année dernière. Si les migrants passent moins par le col de l’Échelle, ils continuent de se mettre en danger à Montgenèvre. Les secours sont régulièrement déclenchés pour rechercher des migrants perdus en montagne. Ils prennent beaucoup de risques pour ne pas se faire prendre, ils sont traqués, se perdent, sont épuisés. L’hôpital de Briançon, qui reçoit en urgence les migrants, a mis en place une unité fonctionnelle médicale et sociale pour les prendre en charge au mieux. Les associations solidaires et leurs membres subissent une grosse pression de la part des forces de l’ordre. De nombreux cas de violences policières, maltraitances sur les migrants sont relevées. La Croix Rouge italienne a organisé des navettes pour récupérer et mettre au chaud les migrants renvoyés en Italie. Une association s’est crée côté italien, ce qui permet aux migrants d’être chaussés et habillés de façon plus adaptée.

Ces migrants sont principalement francophones. Ils étaient en Italie depuis déjà longtemps pour la plupart, il y a beaucoup moins d’arrivées. Les mesures prises par Mattéo Salvini les font fuir à cause de leurs conditions de vie et de la non prise en charge des problèmes de santé.

La répression, les violences, la politique actuelle augmentent la mafia, les passeurs. Les femmes sont exposées à des réseaux de prostitution. Les associations assurent la paix sociale.

Une Maraude Géante est organisée à Montgenèvre le 15 mars 2019 : rassemblement à 18 h, marche dans les rues avec une fanfare, prises de paroles et descente aux flambeaux pour symboliser ceux qui se perdent en montagne.

La Roya

Comme à Briançon, les « Solidaires » continuent d’être attaqués en justice. Le nombre des migrants dans la Roya était en baisse fin 2018 mais recommence à monter depuis début janvier, la politique de Mattéo Salvini n’y est pas pour rien. Depuis l’été dernier, il a fermé ses ports aux bateaux humanitaires. Une vingtaine de personnes sont actuellement chez Cédric Herrou dont le jugement est actuellement en délibéré. Les familles ont pu être mises à l’abri. A Vintimille, les migrants sont moins nombreux que l’année dernière, environ 80 repas par jour sont servis par les associations. L’association qui sert les petits déjeuners aux migrants et à ceux qui ont été arrêtés pendant la nuit témoigne de beaucoup de cas de violences policières. Les mineurs ne sont plus pris en charge, les dates de naissance sont modifiées.

Actuellement, les médias annoncent le passage des migrants par l’Espagne mais ce ne sont pas les mêmes nationalités, ni les mêmes réseaux de passeurs.

Après ce témoignage, nous retrouvons la Cie du parquet nomade…

Femme orchestre animant la danse!
Femme orchestre animant la danse!
Instructions au public avant la danse
Instructions au public avant la danse

Suit un moment de répétition avec le public puis les deux danseuses de la Cie du Parquet Nomade et leur femme orchestre nous entraînent dans une folle sarabande, avec une fougue contagieuse!

La danse peut commencer!
La danse peut commencer!
Et que la danse commence!
Et que la danse commence!

Le Théâtre des Habitants présente une courte pièce de Matei Visniek  « En attendant  que la canicule passe » avec la participation de l’Association Intervalle et du Trio vocal Tzarik .  Un moment très fort de cette fête, opposant la poésie aux absurdités administratives qui mettent  souvent à mal la vie déjà si précaire des réfugiés.

Le Trio Tzarik
Le Trio Tzarik
Le théâtre des Habitants et le Trio Tzarik
Le théâtre des Habitants et le Trio Tzarik

Merci à Alain et Jeanne-Marie pour le beau texte et l’intermède à la harpe!

Merci à tous les organisateurs et acteurs actifs de cette belle après-midi, à tous les artistes offrant spontanément leur performance pour une bonne cause!

Merci aux nombreux bénévoles, chacun faisant tout naturellement sa part de la tâche, pour que cette Fête de la Fraternité soit une réussite!

Merci à tous les amis et sympathisants venus avec des tartes sucrées ou salées et autres gourmandises proposées à la vente! Merci pour les dons à la cagnotte de la Plateforme CARDAV! Les bénéfices de cette manifestation sont destinés à aider les réfugiés dont s’occupent les différents comités qui y sont rattachés.

Merci pour votre générosité et à l’an prochain, la 5 e Edition de la Fête de la Fraternité!

Communiqué par
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
N'oubliez pas que notre page de groupe sur Facebook vous permet de partager de façon informelle toutes les informations que vous jugez pertinentes et utiles
Le Dauphiné Libéré, mardi 29 janvier 2019
Le Dauphiné Libéré, mardi 29 janvier 2019

La Tribune - 31 01 2019
La Tribune – 31 01 2019