Archives pour la catégorie 05-Briançon

MOBILISATION AUX FRONTIÈRES – BRIANÇON 4 DÉCEMBRE 2019

MOBILISATION AUX FRONTIÈRES
BRIANÇON, LE 4 DÉCEMBRE 2019

Voici le témoignage de Dominique Mandart, de Buis-les-Baronnies (26), qui a participé à cette chaîne humaine!

Ce 4 décembre 2019, à l’appel de plusieurs associations et organisations* nous étions 400 à Briançon pour faire une chaîne de la solidarité pour le respect des Droits des exilés

Au même moment qu’à Briançon se déroulait la même mobilisation dans la Roya à la frontière italienne, à Calais et Grande-Synthe à la frontière anglaise, à Hendaye à la frontière espagnole. Nous manifestons tous à la même heure, midi, quand les sirènes retentissent, avec les mêmes slogans.

Nous manifestons pour qu’une enquête parlementaire ait lieu, ayant constaté : « une insuffisance voire une absence de tout dispositif sanitaire et social pour les besoins fondamentaux des personnes exilées, de très sérieuses lacunes quant à la protection des mineurs isolés, des obstacles majeurs à la demande d’asile, des pratiques de refoulement aux frontières peu respectueuses des procédures légales, des comportements brutaux de la part de certains services de police, des pratiques d’intimidation voire de harcèlement des personnes venant apporter une simple aide humanitaire ».

La voix, l’indignation de tous ceux qui sont présents auprès des réfugiés et migrants ont résonné, la résistance s’est manifestée. Le « travail » pour qu’une enquête parlementaire sur ces exactions puisse enfin avoir lieu se fait au niveau des responsables des associations, à Paris.

C’est ici, sur le terrain, et « là-haut », dans les différentes instances, que nous faisons « corps » pour que le respect des Droits des Exilés advienne.

*Amnesty International, la Cimade, Médecins du Monde, Médecins sans Frontières, Secours Catholique…

Quelques échos dans la presse:
Le Monde
Alpes1
Tous Migrants
Vidéos sur Facebook Tous Migrants
Frequence Mistral

Communiqué par Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse (CARDAV)
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71 arquaique@orange.fr 
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44  
c.a.sene2015@gmail.com
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77 coparhb@gmail.com 

N'oubliez pas que notre page de groupe sur Facebook vous permet de partager de façon informelle toutes les informations que vous jugez pertinentes et utiles

APPEL À MOBILISATION : « ACTION-FRONTIÈRES » MERCREDI 4 DÉCEMBRE À BRIANÇON !

L’Association TOUS MIGRANTS, avec laquelle notre Plateforme CARDAV (Comités d’Accueil de Réfugiés en Drôme, Ardèche Vaucluse) entretient des liens étroits nous invite à nous joindre à la grande chaîne humaine prévue à Briançon (05) mercredi 4 décembre 2019.

Il s’agit de dénoncer les atteintes aux droits des personnes exilées commises aux frontières par les autorités françaises, en interpellant les députés.

tousmigrants.org
APPEL À MOBILISATION : « ACTION-FRONTIÈRES »

MERCREDI 4 DÉCEMBRE À BRIANÇON !
Nous avons besoin de votre présence mercredi 4 décembre
de 11h30 à 13h00 à Briançon
 
Formons une chaîne solidaire le long de l’Avenue de la République (la Chaussée) jusqu’à la Sous-Préfecture (Maison de l’État) pour dénoncer les atteintes aux droits à la frontière. 

  Cet appel à mobilisation est national

Soyons nombreux à Briançon !
   
APPEL À MOBILISATION LE 4 DÉCEMBRE 2019

Mesdames, Messieurs les député·e·s, IL FAUT ENQUÊTER

Amnesty International France, La Cimade, Médecins du Monde, Médecins sans frontières, le Secours catholique et leurs partenaires locaux appellent à une mobilisation le 4 décembre à 12h pour dénoncer les atteintes aux droits des personnes exilées commises aux frontières par les autorités françaises.

Elles appellent à la mise en place d’urgence d’une commission d’enquête parlementaire pour mettre un terme à ces violations.

Aujourd’hui, de nombreuses atteintes aux droits fondamentaux sont constatées aux frontières : absence de tout dispositif sanitaire et social, destruction d’abris, obstacles à la demande d’asile, non-protection des mineur·e·s isolé·e·s, refoulements systématiques, comportements brutaux, harcèlement des personnes solidaires…

Nous demandons aux député·e·s l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire afin de confirmer et de compléter ces constats et, surtout, de proposer des mesures concrètes pour que soient respectés les droits fondamentaux des personnes exilées.

En partenariat avec les acteurs présents sur les terrains, des mobilisations portant les mêmes messages auront lieu sur plusieurs villes-frontières le 4 décembre prochain, lorsque les sirènes des pompiers retentiront partout en France à 12h, comme symboles de nos alertes.

RENDEZ-VOUS LE 4 DECEMBRE À :

Briançon : à 11h30 près du rond-point en bas de l’Avenue de la République (la Chaussée) pour former une chaîne solidaire jusqu’à la Sous-Préfecture.

Calais : à 11h30 devant la statue des « Bourgeois de Calais »

Dunkerque : à 11h place Jean Baert

Hendaye : à 11h30 devant la gare SNCFMenton : à 11h30
Pont Saint Ludovic

Communiqué par Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse (CARDAV)
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71 arquaique@orange.fr 
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44  
c.a.sene2015@gmail.com
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77 coparhb@gmail.com 
N'oubliez pas que notre page de groupe sur Facebook vous permet de partager de façon informelle toutes les informations que vous jugez pertinentes et utiles

Alerte Plaidoyer POUR les 3+4 de Briançon

Nous vous transmettons un appel commun de Tous Migrants et de la Cimade pour un soutien par écrit ou une participation à la cagnotte. Tous les renseignements se trouvent dans le texte.
Alerte Plaidoyer – 15 janvier 2019
Après le verdict scandaleux du 13 décembre 2018 à l’encontre des 3+4 de Briançon, Tous Migrants et la CIMADE Sud-Est s’alarment du déni de justice inacceptable et des nouvelles condamnations infligées à 3 autres montagnard.e.s solidaires 
Le 10 janvier 2019, Marie, Pierre et Kevin étaient jugés au tribunal de Gap. Ils ont été jugés coupables et sanctionnés pour avoir été solidaires avec des personne exilées. Qui par sa voiture, son thermos ou sa couverture de survie.
Mais ne nous trompons pas, c’est à nouveau la solidarité et le devoir de fraternité qui ont été condamnés et pénalisés (rappel du verdict : 3 et 4 mois de prison avec sursis pour Pierre et Kevin et peine d’amende pour Marie). 
Comme bien d’autres personnes solidaires auparavant, Marie, Pierre et Kevin n’auraient pas dû être à la barre d’un tribunal français puisqu’ils ou elle n’ont fait qu’aider une personne exilée en danger ou distribuer un thé chaud.
Au cœur de ce procès auraient dû se trouver non pas des personnes solidaires mais les vraies raisons politiques de cette situation catastrophique dans nos montagnes alpines qui deviennent des zones de non-droit, de violences et de souffrances mortelles. Ces violations des droits des personnes exilées à la frontière franco-italienne sont connues et déjà maintes fois dénoncées par nos organisations (cf Communiqué de Presse inter-associatif en date du 16 octobre 2018). Le parquet le sait : mettant en danger de mort des personnes, la Police aux frontières traque et poursuit des exilé·e·s dans la montagne. Des signalements ont été envoyés au procureur pour illustrer ces intimidations, ces violences répétées dans les montagnes. Une plainte et des témoignages accablants ont été recueillis et envoyés – en date des 25 et 26 septembre puis du 22 octobre 2018 – au procureur qui ne peut ignorer la situation dans les Alpes. 

Une justice qui obéit à quels principes ? 
Des gestes de solidarité, d’hommes et de femmes qui apportent soutien, assistance à leur prochain ne devraient pas être poursuivis par les procureurs. Et pour faire écho à la question posée par l’un des avocats devant le tribunal de Gap : pourquoi le procureur a-t-il choisi de continuer ses poursuites à charge contre les solidaires alors qu’il a le choix de les abandonner ? 
Les raisons sont là encore éminemment politiques : tout d’abord viser à faire passer pour des délinquant·e·s les personnes solidaires qui défendent les droits humains ; ensuite dissuader d’intervenir celles et ceux qui un jour croiseront sur le bord de la route ou au détour d’un chemin des personnes exilées épuisées, en hypothermie près de la frontière. Enfin, chercher à casser le mouvement citoyen de celles et ceux qui remettent en cause les frontières telles qu’elles sont vécues actuellement. Pour ces trois raisons, des défenseurs des droits humains sont condamnés à des peines de prison.
Quand la magistrature à Gap s’aligne sur le ministère public, nous nous inquiétons de l’indépendance de la justice, de son impartialité. Le tribunal de Gap semble incapable de prononcer des relaxes face à cette « impérieuse » nécessité de condamner pour faire trembler la solidarité. Preuve en est : le tribunal a passé outre les droits de la défense lors de ce procès. En effet, l ‘un des avocats n’avait pas eu accès au dossier pénal de son client avant l’ouverture du procès ; et un second l’avait reçu très tardivement. Le report a été demandé et chaque fois refusé… Alors même qu’aucune urgence vitale ne justifiait la tenue de ces procès comme l’a rappelé l’un des avocats. Tout aussi grave, des preuves qui auraient disculpé Pierre d’une version policière des faits totalement fallacieuse et mensongère ont été refusées. 
Ces faits révèlent une justice à charge, une justice qui ne respecte pas ses propres règles, une justice qui frappe les défenseurs des droits au lieu de frapper les responsables politiques et policiers qui non seulement ne respectent pas l’obligation de porter assistance à personne en danger mais contribuent à créer ces mises en danger mortel.

Il n’y a pas de bons ou de mauvais défenseurs des droits humains
« Puis je vous demander si vous êtes engagé.e dans une association de soutien aux migrants ? », a demandé la magistrate à chacun des trois solidaires. Poser cette question n’est pas anodin. A celle qui répondait par la négative, une amende, à ceux qui étaient perçus comme « militants », des peines de prison. 
La question récurrente de la magistrate laisse entendre que le principe de fraternité pourrait accepter plusieurs définitions. Or il n’y en a qu’une : celle qui affirme que le respect des droits fondamentaux de toute personne est une nécessité, quelle que soit sa situation administrative ou autres. Cette question crée la confusion entre la définition d’un principe et les diverses manières et possibilités de le mettre en œuvre dans la pratique. Enfin, elle gomme le fait que les citoyens sont confrontés à un Etat qui ne respecte pas les droits fondamentaux des personnes exilées comme le rappellent inlassablement le Défenseur des Droits, la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme et plus largement les défenseurs des droits humains.

La dérive de l’Etat de droit
Dans ce contexte, on peut s’interroger sur qui sont les « militants », et pour qui « militantisme » signifie l’instrumentalisation d’une situation pour la poursuite d’une finalité prédéfinie : 

  • S’agit-il des personnes qui viennent en aide à d’autres personnes en détresse, dans le respect du principe de fraternité, que ce soit à titre individuel ou dans un cadre associatif ? 
  • Ou bien celles qui cautionnent délibérément les multiples entraves au droit et les violences policières à l’encontre des personnes exilées ? Celles qui s’acharnent à poursuivre ces personnes solidaires et à les condamner ? Celles qui prennent a priori pour vraies les versions policières et qui accusent a priori les solidaires de fabriquer des faux, tout en refusant d’examiner les documents apportés à l’appui de leurs dires ? Celles qui définissent et soutiennent des politiques migratoires qui ont pour conséquence la mort de milliers de personnes qui cherchent un coin de terre où vivre en paix ? 

Qu’on y prenne garde : la multiplication des poursuites et des condamnations pénales à l’encontre des personnes solidaires fait apparaître plusieurs marqueurs des sociétés inégalitaires et des régimes autoritaires :

  • la réduction de la fraternité à un acte charitable individuel et isolé (le privilège des riches) 
  • le discrédit de l’engagement collectif consistant à mettre en pratiques des valeurs humanistes et à combattre les injustices
  • le traitement des opposants politiques comme des délinquants.

Nous réaffirmons que les maraudes soulagent des souffrances et permettent de sauver des vies dans les montagnes. Qu’il s’agit d’une solidarité active qui va bien au-delà du geste charitable isolé auquel les dirigeants actuels voudraient le réduire. A Briançon, comme à Paris, Calais ou dans tant de grandes villes, les maraudes sont les conséquences de ces politiques migratoires qui érigent en principe de ne pas accueillir et de mal accueillir celles et ceux qui ne nous ressemblent pas.

C’est pourquoi, Tous Migrants et La Cimade Sud-Est :

  • affirment que les maraudes continueront tant que ces politiques illégales et dangereuses persisteront : tous les procureurs de France ne suffiront pas à endiguer les personnes solidaires qui, chaque jour plus nombreuses devant ces exigences de solidarité qu’elles découvrent, agissent pour défendre les droits des exilé·e·s.
  • appellent à une maraude géante solidaire le 15 mars prochain à Montgenèvre : « Tous solidaires ! tous maraudeurs ! » (Informations à suivre)
Merci d’avance de faire circuler largement ce message dans vos réseaux !Vous pouvez aussi télécharger le PDF de cette déclaration commune.

Plus fraternellement que jamais,
L’équipe de Tous Migrants

Vous pouvez aussi télécharger le PDF de cette déclaration commune.  

JE SOUTIENS 
LES SOLIDAIRES POURSUIVIS 

JE SOUTIENS FINANCIEREMENT. La cagnotte en ligne pour aider à couvrir les frais de justice des 3+4+2+… est toujours ouverte et est plus necessaire que jamais … merci d’avance d’apporter si vous le pouvez votre contribution financière ICI (https://www.gofundme.com/liberte-pour-les-7-de-briancon)

J’APPORTE MON SOUTIEN ECRIT. En 48 heures, juste avant le procès, nous avons reçu une centaine de témoignages. Nous pensons important de continuer à les collecter : une fois consolidés, ils reflètent notre détermination collective, l’affirmation de nos valeurs, … ils apportent la preuve que nous sommes nombreux à penser fraternité et solidarité, envers et contre les décisions de justice iniques et les derives étatiques… Soyez prolixes …et écrivez-nous ICI.

Sans étiquette politique ou religieuse, Tous Migrants est un mouvement citoyen pacifiste de sensibilisation et de plaidoyer né en septembre 2015 autour du drame humanitaire des migrants en Europe, qui a pris le statut d’association loi 1901 fin 2016. Fort de l’adhésion de plus de 600 citoyens à la cause qu’il défend, plus de 8300 abonnés Facebook et 2600 destinataires de sa Lettre d’information, Tous Migrants mène des actions complémentaires dans le Briançonnais : veille et partage de l’information via une newsletter périodique, un site web et une page Facebook, conférences, cinés-débat, ateliers d’écritures, manifestations artistiques ou culturelles de soutien, campagnes de plaidoyer, actions en justice…

L’action de Tous Migrants repose sur trois principes directeurs :
– C’est en renforçant le lien social local, en ouvrant des espaces de dialogue, d’échange, de convivialité et de solidarité avec notre voisin d’ici (« l’autre d’ici ») que nous accepterons naturellement notre voisin de là-bas (« l’autre de là-bas », étranger, exilé, migrant, réfugié,…);
– Chacun d’entre nous peut « faire sa part », à son échelle, pour contribuer à la résolution de la crise humanitaire actuelle, y compris en plaidant pour l’adoption de décisions politiques conformes aux droits humains fondamentaux, tels que définis notamment par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Il en va de notre humanité et de notre dignité. Il en va de notre humanité et notre dignité;
– Les moyens que nous utilisons doivent être conformes aux fins que nous poursuivons. C’est pourquoi notamment le respect des principes de la non-violence doit orienter toutes nos actions.Contact:
tousmigrants@gmail.com
www.facebook.com/tousmigrants
www.tousmigrants.org,
twitter @MigrantsTous

Communiqué par
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
N'oubliez pas que notre page de groupe sur Facebook vous permet de partager de façon informelle toutes les informations que vous jugez pertinentes et utiles

Tous Migrants: Urgent!Alerte mobilisation!

Michel Rousseau, de Tous Migrants nous envoie un appel urgent!
Alerte Mobilisation!

Mercredi 9 et Jeudi 10 janvier : Rassemblements en solidarité avec Pierre et Kevin, deux nouveaux maraudeurs solidaires poursuivis

En 2019, l’acharnement contre les solidaires, malheureusement, se poursuit… mais notre mobilisation fraternelle et solidaire aussi !

Suite à l’inimaginable condamnation des « 7 de Briançon » (verdict tombé le 13 décembre dernier), qui bien entendu font appel de cette décision, la pression sur les solidaires ne faiblit pas, puisque ce vendredi 10 janvier, deux autres personnes passeront en procès au Tribunal de Gap.

Pour les soutenir, pour continuer d’affirmer notre devoir d’assistance à personnes en danger, à travers notamment les maraudes solidaires, et pour dénoncer les violences institutionnelles et policières qui sévissent à la frontière, comme ailleurs sur le territoire français, nous vous donnons deux rendez-vous importants, organisés par le Comité de Soutien des 4+3+2+… dont fait partie Tous Migrants:

– MERCREDI 9 JANVIER A 15 HEURES SUR LE FRONT DE NEIGE DE MONTGENEVRE

Rassemblons-nous pour rendre visible et soutenir l’action des maraudeurs solidaires en ce lieu, sensibiliser la population aux démarches à suivre pour aider une personne en détresse en montagne, dénoncer les violences policières liées à la frontière. Distribution de flyers de sensibilisation.

– JEUDI 10 JANVIER A  8 H 30 DEVANT LE TRIBUNAL DE GAP

Retrouvons-nous très nombreux encore (2000 personnes ont répondu présentes pour le procès des 7!) pour exprimer notre soutien aux deux nouveaux maraudeurs solidaires poursuivis et exiger leur relaxe, affirmer le droit de circulation pour tous, exiger l’arrêt des violences policières partout où elles s’exercent.

Co-voiturage possible depuis Briançon, envoyez-nous un mail si besoin.

Si vous êtes trop loin ou indisponible pour participer physiquement, n’hésitez pas à exprimer votre soutien aux maraudeurs solidaires, nous consoliderons vos témoignages pour peser sur les décisions à venir.

Plus de nouvelles courant janvier sur les autres initiatives en cours.
MERCI d’avance de votre mobilisation.

L’équipe de coordination de Tous Migrants

Sans étiquette politique ou religieuse, Tous Migrants est un mouvement citoyen pacifiste de sensibilisation et de plaidoyer né en septembre 2015 autour du drame humanitaire des migrants en Europe, qui a pris le statut d’association loi 1901 fin 2016. Fort de l’adhésion de plus de 600 citoyens à la cause qu’il défend, plus de 8300 abonnés Facebook et 2600 destinataires de sa Lettre d’information, Tous Migrants mène des actions complémentaires dans le Briançonnais : veille et partage de l’information via une newsletter périodique, un site web et une page Facebook, conférences, cinés-débat, ateliers d’écritures, manifestations artistiques ou culturelles de soutien, campagnes de plaidoyer, actions en justice…

L’action de Tous Migrants repose sur trois principes directeurs :

– C’est en renforçant le lien social local, en ouvrant des espaces de dialogue, d’échange, de convivialité et de solidarité avec notre voisin d’ici (« l’autre d’ici ») que nous accepterons naturellement notre voisin de là-bas (« l’autre de là-bas », étranger, exilé, migrant, réfugié,…);

– Chacun d’entre nous peut « faire sa part », à son échelle, pour contribuer à la résolution de la crise humanitaire actuelle, y compris en plaidant pour l’adoption de décisions politiques conformes aux droits humains fondamentaux, tels que définis notamment par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Il en va de notre humanité et de notre dignité. Il en va de notre humanité et notre dignité;

– Les moyens que nous utilisons doivent être conformes aux fins que nous poursuivons. C’est pourquoi notamment le respect des principes de la non-violence doit orienter toutes nos actions.

Communiqué par
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
N'oubliez pas que notre page de groupe sur Facebook vous permet de partager de façon informelle toutes les informations que vous jugez pertinentes et utiles

Appel à soutien du Refuge Autogéré Chez Jésus, Clavière, Italie

Le Collectif Réfugiés du Vaucluse nous communique cet appel à soutien du Refuge Autogéré Chez Jésus, à la frontière franco-italienne des Hautes-Alpes.

RDV également les 8-9-10 juin et pour d’autres rassemblements cet été !

Contact : rifugiochezjesus@inventati.org
+39 348 5542295
Page Facebook 

Merci de diffuser largement cet appel urgent autour de vous!

 From: Collectif Réfugiés du VaucluseSent: Tuesday, June 19, 2018 10:49 PM
To: undisclosed-recipients:
Subject: tr: Appel à soutien du Refuge Autogéré Chez Jésus à la frontière franco-italienne des Hautes-Alpes

A diffuser à vos amis haut-alpins ou proches

Appel  à soutien du Refuge Autogéré Chez Jésus à la frontière franco-italienne des Hautes-Alpes…

Contact : rifugiochezjesus@inventati.org
+39 348 5542295

Contre les pratiques meurtrières de la police aux frontières
Contre la menace fasciste
Renforçons et organisons ensemble la solidarité à la frontière !

Nous sommes face à une situation extrêmement critique à la frontière des Hautes-Alpes : le blocage de la frontière par les forces de police et les Génération Identitaire contraignent les personnes à prendre des chemins extrêmement dangereux pour atteindre Briançon, jusqu’à entraîner la mort de deux personnes ces dix derniers jours (+ un autre corps découvert hier dans l’Orridio du Fréjus, coté italien).

Il faut des forces supplémentaires pour tenir les différents lieux d’accueil et les maintenir ouverts, pour sécuriser les passages des réfugié·es en montagne, et pour mettre en place des stratégies politiques et des actions directes.

Ceci est un appel à soutenir la lutte solidaire à la frontière, de plein de différentes manières :

Aider à tenir les lieux d’accueil et de lutte en venant plusieurs jours, en donnant un coup de main pour :
– l’organisation du lieu et de la vie collective
– l’accueil et l’information des personnes
– voire faire de nouveaux aménagements et du bricolage… bienvenue à la créativité !

Être présent·e en montagne
– pour veiller à la sécurité des personnes qui traversent, les orienter, les protéger des       actes criminels de la police
– mettre en place des actions collectives

Besoins

– de médicaments en tout genre et nécessaires de premiers secours
– de lampes torches et frontales
– d’un stock de couvertures de survie
– de cartes Lyca mobile italiennes et françaises
– de bouteilles d’eau, de barres de céréales et autres snacks
– de nourriture : légumes et fruits frais, pain, légumes et fruits secs, huile, épices, café, thé, etc
– de produits d’hygiène et d’entretien
– de chaussures et chaussettes de montagne (grandes pointures particulièrement)
– de tout ce qui sert à la vie quotidienne
– de sous!!!

Nous ne pouvons pas continuer à subir la répression policière, alors que la police et les identitaires continuent librement leurs agissements violents. Nous voulons assumer collectivement un discours de solidarité qui doit se traduire par une présence et une action concrète sur le terrain.

Cet été, les Hautes-Alpes ne doivent pas devenir le lieu d’une implantation identitaire. Nous avons besoin de répondre à leur présence par la nôtre, plus massive, plus organisée, plus festive et vivante !

RDV également les 8-9-10 juin et pour d’autres rassemblements cet été !

Contact : rifugiochezjesus@inventati.org
+39 348 5542295

——————–

Infos reprises de Refuge Autogéré Chez Jesus à Clavière.

Blessing 21 ans retrouvée morte dans une rivière pour échapper à la police nationale.
Mamadou retrouvé mort dans les bois après un refoulement de la police.
Hier un autre cadavre a été retrouvé dans l’Orridio du Fréjus, coté italien. Un corps en décomposition avancé qu’on retrouve seulement
maintenant que la neige a fondu.

Trois morts en moins de 20 jours.
Cette frontière devient rapidement un cimetière.

Police. Gendarmerie. PAF. Chasseurs alpins. C’est eux les responsables  directs de ces morts. La frontière tue a travers la mains de ses uniformes. Les forces de l’ordre sont le bras armé de ce dispositif de sélection et d’exclusion, qui en devient assassin .

Sans la police, chacun serait libre de prendre un train un bus ou un avion.

La répression des forces de l’ordre, envers les “migrants”, les “sans papiers” s’est traduit en homicide visible sur ces montagnes, mais elle est partout ailleurs. C’est les rafles dans les villes où la police effectue des blocages spécifiques pour chasser ceux qui n’ont pas de
papiers, pour les menacer et pour les enfermer dans un centre de rétention. Ce sont les matons des Centre Permanent pour le Rapatriement, les nouveaux CIE multipliés par Minniti et placés a coté des aéroports pour faciliter les déportations. Ce sont les employés des commissions qui ont le pouvoir de choisir de donner ou pas un bout de papiers aux demandeurs d’asiles. C’est chaque uniforme qui agit en conformité de la sélection voulue par les institutions politiques et économiques.

La frontière a encore tué. Les forces de l’ordre en sont les exécuteurs. On oublie pas, on ne pardonne pas.

passamontagna

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

Occupation de la gare de Briançon (05)

Voici un article du Dauphiné Libéré de ce 10 04 2018

occupation-gare-briancon

bandeau-TM-asile

Nous recevons également un très long mail de Tous migrants sur le même sujet, ainsi que leur invitation à leur Assemblée Générale du samedi 14 avril 2018 à partir de 14h, à la salle polyvalente de l’Iscle de Prelles – Voir les détail ICI

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

Briançon et Veynes dans la tourmente…

Dauphiné libéré du 13 01 2018… Cliquer pour agrandir l’image!

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

 

Accoucher sur la route de la migration…

Cela vient d’arriver près de chez nous….

Dauphiné libéré du 12 03 2018
Dauphiné libéré du 12 03 2018

Le récit original sur Facebook est ICI

Manifestation de soutien au maraudeur incriminé mercredi 14 mars 2018 à Montgenèvre, voir ICI

Communiqué de Tous Migrants ICI

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

 

 

 

 

Cordée solidaire au Col de l’Echelle (05) – Témoignage

CORDÉE SOLIDAIRE AU COL DE L’ECHELLE –  « TOUS MIGRANTS »

Le 17 décembre 2017, nous sommes parties, Catherine et Dominique du Comité d’Accueil des Réfugiés de Buis-les-Baronnies (26), soutenir la Cordée Solidaire au Col de l’Echelle et assister aux Etats Généraux de TOUS MIGRANTS à Briançon.

TOUS MIGRANTS est « un mouvement citoyen Briançonnais de sensibilisation et de plaidoyer autour du drame humanitaire des migrants en Europe ». Ce mouvement est né spontanément pour exprimer une indignation collective face à l’inaction politique vis à vis des migrants.

Briançon se positionne officiellement comme ville d’accueil. Une cellule de coordination sous forme de triptyque : associations, mairie, mouvement citoyen se met en place.

L’action de Tous Migrants repose sur des contributions bénévoles et, lorsque cela est possible sur des partenariats avec les structures pérennes locales. Pour « Tous Migrants » deux idées directrices animent l’esprit du mouvement :
– C’est en renforçant le lien social local, en ouvrant des espaces de dialogue, d’échange, de convivialité et de solidarité avec notre voisin d’ici (« l’autre d’ici ») que nous accepterons naturellement notre voisin de là-bas (« l’autre de là-bas », étranger, migrant, réfugié…).
– Chacun d’entre nous peut contribuer à la résolution de la crise de l’accueil actuelle, et y compris en plaidant pour l’adoption de décisions politiques plus responsables et humaines en matière de migration.

Les migrants venant d’Italie arrivent essentiellement par le Col de l’Echelle, au-dessus de Névache. Ils mettent leur vie en danger, peuvent être refoulés sans respect et sont souvent reconduits à la frontière italienne.

L’Etat, représenté par la Gendarmerie, la Police et les Douanes est lui-même souvent hors la loi, en ne présentant pas systématiquement le papier de « refus d’entrée » sur le territoire traduit dans une langue compréhensible par le migrant, le délai du « jour franc » et le non refoulement des mineurs.

C’est vers cet endroit, le Col de l’Echelle, que symboliquement la Cordée Solidaire s’est élevée. Nous étions plus de 300, citoyens, professionnels de la Montagne, migrants, à manifester notre solidarité.

Pendant cette Cordée Solidaire, un jeune migrant coincé dans un couloir d’avalanche, de l’autre côté du Col, a dû être hélitroyé par les secours en montagne et hospitalisé.

En fin d’après-midi nous avons rejoint la conférence de presse des Etats Généraux de Tous Migrants à Briançon. Toutes les personnes intervenantes ont dénoncé de façon forte et émouvante ce qui se passe au passage de cette frontière franco-italienne : les souffrances physiques et psychologiques des migrants ainsi que les menaces envers les
citoyens qui les aident et se mettent hors la loi, au regard des autorités françaises, par un « délit de solidarité ». Elles dénoncent le non-respect des Droits nationaux et internationaux. Tous les intervenants ont souligné cet immense élan de solidarité de la
population, cet échange avec les jeunes migrants, la façon dont chacun se trouve
enrichi de l’Autre et de Soi.

Nous avions rencontré les bénévoles de l’association « Tous Migrants » à Briançon, à l’occasion d’ une grande collecte de vêtements organisée à Buis-les-Baronnies et dans les villages voisins.

Le travail est immense. Michel Rousseau, responsable, est venu nous rejoindre à la Fête de la Fraternité, à Buis, témoignant à nouveau de toute la richesse des échanges entre ceux « d’ici » et ceux « de là-bas ». Il a sollicité les habitants de la Drôme à ouvrir leurs portes, à créer des petits lieux d’accueil, pour quelques personnes, pour quelques jours, afin de permettre aux migrants de « se refaire une santé », de se « poser » un moment avec nous avant de continuer leur chemin vers les destinations qu’ils auront choisies. Des villages ont déjà répondu à cet appel. Et nous, que pourrions-nous faire ?

Dominique Mandart
Catherine Richard

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.fr
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com
Facebook

 

Briançon dit un grand merci!

Les associations œuvrant dans le cadre du Collectif Réfugiés Solidaires (CRS) de la MJC de Briançon nous disent un grand merci pour notre généreux apport de dons!

Elles sont désolées de ne pouvoir accepter l’ensemble des collectes effectuées par nos comités, faute de possibilités de stockage dans leurs locaux ou auprès de leurs associations amies. Elles ont été submergées de dons, arrivant malencontreusement tous au même moment.

Le CRS espère garder le lien qui s’est établi avec notre Plateforme. Pris dans l’urgence quotidienne, ils demandent notre indulgence pour les flottements intervenus dans la communication, qui ont pu faire naître de l’incompréhension et de l’agacement auprès des gens de bonne volonté, qui ont organisé les collectes sur place. Après quelques changements d’interlocuteurs, nous avons maintenant une partenaire attitrée qui nous connait bien, nous apprécie, et souhaite poursuivre avec nous un partenariat harmonieux.

Les collectes ont connu les destinations suivantes:

  • Le CRS de Briançon a dégagé un grenier à la MJC pour pouvoir entreposer le contenu de la camionnette partie de Buis-les-Baronnies lundi 4 décembre 2017, louée à cet effet par le comité.
  • Un artisan, ami du CRS, est venu spécialement, vendredi 8 décembre 2017, charger bénévolement les dons de Nyons/Taulignan: nourriture, produits d’hygiène et vêtements chauds (sévèrement triés suivant demande expresse du CRS).
  • Le comité de Vaison-la-Romaine, ne pouvant stocker plus longtemps les grandes quantités de dons reçus, a fait don de la nourriture et des produits d’hygiène au Secours Catholique et les vêtements partiront pour le Burkina-Faso.
  • Le Comité de Lachau/Séderon fera parvenir les dons ciblés reçus ( chaussures, bonnets, gants…) directement au petit foyer d’accueil situé à Veynes (05), dans les prochains jours.

Il est toujours possible de faire des dons par chèque, voir  ICI

Même si les dons ne sont pas directement allés aux migrants de Briançon pour lesquels nous avions déclenché ces collectes, aucun don n’est perdu, il trouve un autre destinataire dans le besoin. Vous avez tous été très généreux, cela fait chaud au cœur, et c’est ce qui compte!

Ne manquez pas de voir la vidéo ci-dessous!

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/col-de-l-echelle-la-traversee-a-hauts-risque-des-migrants_2512131.html

Rappels:

tousmigrants-jim2017-flyerprogramme-p23-1200w_orig

tousmigrants-jim2017-flyerprogramme-p4-600w_orig

Communiqué par la
Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse
Valérie Rosier, Coordonnatrice  Tél 06 12 33 10 71
arquaique@orange.fr
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44
c.a.sene@club-internet.f
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77
coparhb@gmail.com

Facebook