Réunion de la Plateforme CARDAV – 07 03 2020

PLATEFORME des COMITES d’ACCUEIL de REFUGIES
en DROME, ARDECHE et VAUCLUSE (CARDAV)
Compte-rendu de la réunion du Samedi 7 mars 2020 – 10 H
Salle de la Colombe – 1, avenue Paul Laurens – 26110 Nyons

Présents :
26- Philippe P.,Colette S., Anne B. (comité de Vinsobres)
26-Jean-Claude R. (REDAR, autour de Die)
26-Annie et André M. (COPARHB, Séderon/Lachau)
26-Valérie R. (CBAR, Buis-les-Baronnies)
26-Claudia V., Grignan
84-France F. et Sylvia (ARRV, région Vaisonnaise)
84-Jean-Claude S. du Collectif Réfugiés du Vaucluse (Carpentras/Avignon…)
Invitée :

Cécile Porée-Goutefange (Fédération Protestante d’Entraide)
Excusés :
26-Bella F., Jean-Claude B.
26-Dominique M., Buis-les-Baronnies
26-Jutta L., accompagnante de la famille Syrienne de Nyons-Ville
26-Guislaine K. accompagnante à Pierrelatte, aide FLE à des mineurs…
26-Ljiljana M. traductrice (Buis et Vinsobres)
Nota :
– Deux personnes sont absentes parce qu’elles participent à la Maraude de Montgenèvre ce même jour et nous représentent

– Deux personnes hors comités (très actives dans l’accueil de Réfugiés) sont absentes mais ont envoyé des messages (Nyons, Pierrelatte)

A) Tour de table

1- Nous accueillons Cécile Porée-Goutefange de la FEP (Fédération d’Entraide Protestante)
Cécile nous parle des couloirs humanitaires mis en place par la FPE, le Secours catholique et autres structures caritatives qui recherchent des familles pour accueillir, par une voie légale, des réfugiés particulièrement vulnérables se trouvant actuellement dans des camps en Syrie et au Liban. Il s’agit d’accompagner les personnes accueillies le temps nécessaire à l’obtention du statut officiel de réfugiés en France. Cécile nous offre l’aide administrative de la FPE et nous propose aussi de bénéficier d’un projet d’accompagnement psychologique pour aider les accueillants. A suivre…

2 – France et Sylvia représentent le Comité de Vaison ARRV.
En plus des personnes que le Comité accompagne depuis quelques années, les membres de l’Association ARRV s’occupent à tour de rôle d’un jeune mineur du RESF (Réseau Études Sans Frontières )qui fait actuellement un stage dans la restauration.
Après le décès de Jacques M., le comité a recommencé à fournir le squat du CESAÏ de Gap en alimentation, malgré la distance routière depuis Vaison. Il essaie de trouver une structure caritative de Gap pour prendre la suite, ce serait plus logique.

3 – Jean-Claude R. représente le REDAR (Réseau Diois Accueil des Réfugiés)
Jean-Claude nous rappelle que deux familles irakiennes yézidies sont arrivées par la voie légale des couloirs humanitaires
·  la première, composée de 8 personnes, il y a 3 ans, est maintenant installée à Luc-en-Diois
·  la deuxième, composée de 11 personnes bénéficie d’un très grand logement
·  l’accueil d’une troisième famille est en projet
Cela se passe très bien à l’école avec les enfants. Pour les pères de famille, qui ne maîtrisent malheureusement pas bien le français, il est difficile de trouver un travail stable, ils doivent se rabattre sur les emplois saisonniers.

4 – Philippe P., Colette S. et Anne B. représentent le Comité de Vinsobres
La dernière réunion du Comité a eu lieu le 28 février. Catherine R. du Comité de Buis est venue y participer puisqu’elle a pris le relais pour les démarches administratives, a accompagné la famille Mahdi à Grenoble et à Valence. Catherine a souhaité redire le déroulé des interventions en présence de la famille, du comité, avec Assia, que l’on remercie pour son aide de traductrice.
Après la fermeture d’Allex, ils étaient arrivés à Buis (ce pourquoi Cécile, de la FEP, les connaissait), puis à Séderon , et ensuite à Vinsobres.
Les membres du comité ont découvert ce parcours du combattant (sans papiers, dublinés en fuite…), on comprend mieux l’état dépressif de Mustafa.
Le 3 mars avec Catherine ils ont enfin pu déposer leurs dossiers de demandeurs d’asile et CMU à asile.com à Valence. Nous voici en attente de la convocation de l’OFPRA. L’attente peut être de 2, 3, 4 mois ???
En attendant le comité de Vinsobres va proposer un concert pour pouvoir tenir jusque-là, sachant qu’il n’y a pas d’aide de l’État pour cette famille de 4 adultes et un enfant (ils ont juste une aide alimentaire qui ne convient pas totalement en raison de leurs habitudes alimentaires).
Il est à noter que le jeune Assou est parti en classe de neige, belle expérience, autant pour les parents, qui ont fait confiance, que pour l’enfant qui y était très épanoui aux dires de sa maîtresse.
Quelques personnes du comité répondent encore aux demandes des premières familles accueillies avec des problématiques assez difficiles.
Un grand merci au comité de Valréas qui s’est arrêté et nous a fait profiter de son reliquat financier, une aide appréciable vu nos besoins. 

5- Jean-Claude S., Collectif Réfugiés du Vaucluse (Carpentras/Avignon)
Depuis 4 ans, suivi de 25 hommes afghans de moins de 30 ans. Ils ont maintenant tous un permis de séjour et sont autonomes, de bons contacts subsistent.
Le Comité voit passer beaucoup de nationalités différentes : Algériens, Syriens, Kurdes, Irakiens, Érythréens, ainsi que de nombreux jeunes mineurs francophones qui ont besoin d’un accompagnement. Certains préparent un CAP de restauration.
A cause des nombreuses carences de l’ASE, il y a beaucoup de jeunes dans la rue à Avignon. ROSMERTA essaie de s’en occuper au mieux. RESF également.
Prochainement les associations d’aide aux réfugiés seront reçues par le Député Jean-François Césarini pour faire le point sur la situation et espèrent une avancée positive.

6- Claudia V., Grignan
Bienvenue à Claudia, qui se joint à nous pour la première fois, pour voir comment fonctionnent les comités. Nous sommes tous à sa disposition pour l’éclairer en fonction de nos connaissances et de nos expériences. Nous sommes aussi preneurs de l’expérience qu’elle a elle-même acquise en Allemagne dans l’accueil et le suivi, notamment des jeunes pour l’apprentissage de la langue allemande.
A Grignan plusieurs personnes sont intéressées de se constituer en association pour entreprendre des actions d’aide aux réfugiés. Pour commencer Claudia souhaite rencontrer le Maire afin que la commune leur apporte son soutien et s’engage en offrant des logements et/ou une participation financière. Cette période pré-électorale des communales se prête bien à cette démarche. Valérie rappelle les outils des EGM,comportant un feuillet « Engagement » à présenter aux candidats (voir ICI).
Contact est pris entre Claudia et Cécile. Quel bon hasard que la réunion de la Plateforme ait lieu aujourd’hui pour les mettre en relation et favoriser ainsi un nouveau projet d’accueil !

7- Annie et André M. pour COPARHB (Séderon – Lachau) :
COPARHB vient de tenir une petite réunion informelle et amicale regroupant presque tous ses membres pour faire la connaissance d’un jeune mineur francophone de 17 ans accueilli depuis deux ans par Lucie B. dans la Vallée du Jabron, à Montfroc (26). Il est originaire de Guinée-Conakry . Le problème qu’il rencontre paraît insoluble et lui barre toutes les routes, y compris celle de la scolarité : rejet de la reconnaissance de minorité, donc grosses affaires juridiques et administratives en cours, alors qu’il est à la veille de devenir majeur et de se retrouver face à d’autres problèmes. Par ailleurs Lucie B., aidée par Sylvie P., a également pris sous son aile un autre jeune ressortissant de ce pays, récemment arrivé, mais qui a plus de chance : déjà en famille d’accueil et scolarisé car sa minorité a été reconnue.
Lucie a besoin de se sentir soutenue dans ces longues procédures qu’elle mène seule. Claire L. , du Comité du Buis, est venue nous offrir à cette réunion son expérience et son aide.
Les membres de COPARHB ont spontanément offert un petit pécule à Lucie qui porte seule tous les frais liés à l’hébergement et aux déplacements de ces deux jeunes.
Par ailleurs COPARHB s’est désengagé de son aide à l’ALDA (Accompagnement au Logement Drôme Ardèche) de Valence et réserve maintenant ses fonds aux urgences locales.

8- Valérie R. (Buis Accueil Réfugiés)
D
epuis octobre 2019, accueil d’une famille syrienne de 6 personnes à Buis-les-Baronnies, les parents avec 4 enfants, dont l’un a des problèmes de santé nécessitant un suivi constant. Ils arrivent depuis des camps au Liban.
La maman a été malade au moment de la Fête de la Fraternité mais les ados s’y sont rendus et ont participé en chantant de bon cœur dans leur langue, la seule qu’ils connaissent pour le moment. Cela se passe bien, même si le père de famille et le fils aîné ne peuvent travailler tant qu’ils n’ont pas encore le statut de réfugiés. Les démarches sont en cours, à suivre !

B) Etats Généraux des Migrations
Rappel : Valérie a représenté la Plateforme CARDAV à la Session 2019 des EGM à Paris en octobre dernier. Son compte-rendu très détaillé figurant déjà sur ce blog est riche en informations (lien ICI).
Aujourd’hui Valérie revient sur le sujet de l’ANVITA (Association des Villes et Territoires Accueillants), cofondée en 2018 par plusieurs villes, dont Damien Carême, Maire de Grande-Synthe. Cette association (qui souscrit également au Pacte pour la transition écologique et solidaire et aux 32 mesures concrètes en vue des élections municipales, voir ICI), regroupe les villes grandes ou petites, dont les élus revendiquent ouvertement l’accueil des réfugiés Chaque élu, ville ou village, mais aussi chaque association ou lieu d’accueil peut inscrire son nom sur la carte mise à disposition sur Internet (ICI).
Valérie a le plaisir de nous annoncer que Buis-les-Baronnies en fera bientôt officiellement partie grâce à l’implication du Maire, Sébastien Bernard, dans la cause des réfugiés.
Valérie nous rappelle aussi que dans cette même idée d’accueil, chacun de nous peut contacter les candidats aux élections municipales pour les sensibiliser, par écrit ou de vive voix. Nous pouvons nous aider des outils mis à disposition par les EGM, constitués d’un argumentaire sérieux, basé sur des enjeux, faits et chiffres exacts afin d’encourager le candidat à souscrire à un accueil conforme aux Droits de l’Homme.
Voir notre page spéciale 
ICI
Valérie suggère que la Plateforme CARDAV, en tant qu’Assemblée Locale membre des EGM, fasse un don symbolique de 100 € pour tout le travail fourni par les employés des EGM et dont nous bénéficions, leurs salaires n’étant faits que de dons des associations partenaires. Elle ajoute qu’au vu des priorités en matière d’aide financière apportée aux collectifs dans le besoin chez nous, la décision n’est pas urgente.

C) Groupe de parole avec la psychologue Anne Morin
Les personnes présentes ont parlé de l’apport de ces rencontres, d’autres participants absents avaient envoyé leurs témoignages qui ont été lus.  Quelques idées fortes :
Ces séances nous permettent de nous poser, prendre du recul, dire notre humanité, nos ressentis devant des situations complexes.
Comment s’investir sans se perdre trop ? Nous réfléchissons à un accompagnement juste, pour rester à une juste place, nous ne pouvons pas être dans la toute-puissance.
La personnalité d’Anne fait que ces rencontres sont dans l’authenticité, la transparence, la convivialité, l’écoute active, le non jugement, la bienveillance…
C’est là que l’on peut déposer nos émotions, nos questionnements parfois dérangeants, nos incompréhensions, nos incrédulités devant certaines situations.
Écouter le vécu des autres nous enrichit.
Nous arrivons à élargir l’horizon, nous relier au sens de nos actions.
Anne nous apporte des réponses, des infos théoriques fondamentales, structurées, approfondies ; une compréhension indispensable de l’interculturel , sur les traumas spécifiques aux migrants…
Elle nous fait découvrir des techniques de gestion du stress pour retrouver sérénité et énergie.
Elle nous aide à trouver des outils/moyens de mieux écouter les réfugiés, les laisser s’exprimer et ainsi mieux les guider vers leur autonomie.
Une personne n’est venue qu’une seule fois parce que ce n’était pas ce qu’elle en attendait.
C’est pour cela que ces témoignages rendent compte de ce qui s’y passe.

D) Fête de la Fraternité- Dimanche 26 janvier 2020 – Buis-les-Baronnies (26)
La 5 ème Fête de la Fraternité a suscité des retombées très positives. Les participants ont apprécié sa simplicité et sa spontanéité, dans une salle joliment décorée d’une multitude de fleurs multicolores en papier. Les réfugiés se sont bien retrouvés au centre de l’intérêt de la fête. La grande place laissée pour les échanges personnels a été particulièrement saluée.

La Grande Tablée « aux couleurs du monde » ouvrait la fête à midi avec des mets préparés par les personnes accueillies et les personnes accueillantes, mêlant de nombreuses traditions culinaires. Les familles de réfugiés ont finalement vaincu leur timidité au micro, devant la salle comble, surtout les adolescents, pour témoigner, mais aussi pour chanter dans leur langue kurde ou syrienne, ou bien nous offrir des divertissements.

Et bravo à la Plateforme : le concept de Fête de la Fraternité a été repris par les EGM (États Généraux des Migrations), séduits par le succès dont Valérie s’est fait l’écho. Il se décline donc à présent sur tout le territoire français !


Prochaine réunion :
Samedi 13 juin 2020 à 10 H 00
Salle de la Colombe – 1, avenue Paul Laurens – 26110 Nyons
(repas partagé)

Pour la Plateforme : Annie Molinet, Colette Sénéclauze, Valérie Rosier

Communiqué par Plateforme des Comités d’Accueil des Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse (CARDAV)

Valérie Rosier, Coordonnatrice,  Tél 06 12 33 10 71 
arquaique@orange.fr 
Colette Sénéclauze, Secrétaire, Tél 04 75 26 41 44 
c.a.sene2015@gmail.com
Annie Molinet, Blog, Tél 04 75 28 51 77 
coparhb@gmail.com

N’oubliez pas que notre page de groupe sur Facebook vous permet de partager de façon informelle toutes les informations que vous jugez pertinentes et utiles