Compte-rendu de la réunion du 14 mai 2016

PLATEFORME des COMITES d’ACCUEIL de REFUGIES
en DROME, ARDECHE et VAUCLUSE

Compte-rendu de la réunion du
Samedi 14 mai 2016 – 15 h
Salle de l’Auditoire 26570 Buis-Les-Baronnies

St-Auban-sur-l’Ouvèze: Valérie Rosier, Robert Bontoux (Excusés: Véronique Chavet et Claude Proudhon)
Séderon: Annie et André Molinet, Caty Baudet (excusée: Josette Fournié)
Nyons (Comité civique) : Claire Pirotte (excusée: Marie-Claude Lefort)
Nyons (Entre Lance et Ventoux) Bernadette Vignac
Vaison-la-Romaine : Hugues Gauchet
Vinsobres : Colette Sénéclauze, Valérie Rosier
Die: Sylvie Corroere
(Carpentras, excusé: Jean-Alain Mazas)
Invitée: Dominique Bourgeois, Terre d’Errance, Pas de Calais

A ) Tour de table – Nouvelles

  • Une bonne nouvelle: A Saint-Auban-sur-l’Ouvèze une famille irakienne est enfin arrivée début mai 2016! Tout se passe bien, les trois enfants sont déjà à l’école. Un compte-rendu plus détaillé suivra sous peu.
  • Ailleurs, y compris à Nyons, peu d’avancées concrètes concernant l’arrivée de nouveaux réfugiés malgré les promesses du Préfet Jean-Jacques BROT. Ne pas hésiter à le relancer!
  • D’autres collectifs sont dans les démarches et/ou s’impliquent dans des actions communes coordonnées, là ils peuvent être utiles.
  • Face aux blocages ne pas oublier qu’il y a le recours possible au Défenseur des Droits, il en existe un par département. Adresse du site http://www.defenseurdesdroits.fr/

Nota : vient juste d’être publié le 9 mai 2016 un rapport officiel du Défenseur des Droits destiné au Gouvernement, pointant les manquements aux droits de notre système français envers les réfugiés, depuis 30 ans. Puisse ce document contribuer à faire évoluer l’inertie banalisée des administrations, à laquelle les réfugiés se heurtent trop souvent au quotidien ! Vous pouvez télécharger le texte complet (300 pages) du rapport ou sa version abrégée :
Version intégrale 300 pages « Les Droits fondamentaux des étrangers en France – Mai 2016 »
http://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/736160170_ddd_rapport_droits_etrangers.pdf
Version abrégée
http://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/droits-etrangers-synthese.pdf

B ) Fête de soutien aux Réfugiés, dimanche 5 juin 2016 – Hippodrome de Carpentras 

Hugues Gauchet nous lit le compte-rendu du Collectif Réfugiés Comtat de Carpentras concernant la réunion de préparation de la fête, daté du 12 mai. Jean-Alain Mazas espère que tous les collectifs de la plateforme se mobiliseront et viendront nombreux à la prochaine réunion de préparation du mercredi 18 mai à 18 h à Carpentras. Ils comptent aussi sur eux pour y participer activement en proposant des ateliers d’animation ou en venant prêter main forte à l’organisation.

Josette Fournié (Collectif de Séderon) se propose de trouver des voitures pour conduire à cette fête des réfugiés hébergés par ADOMA à Sisteron, dans le même esprit que pour la Fête de la Fraternité au Buis, en début d’année. Elle peut aussi inviter des interprètes en langue arabe.

Communication du Collectif Réfugiés Comtat:

Bonjour tous, 19/05/2016
Informations à faire circuler dans vos réseaux:
Le collectif de Carpentras (Collectif Réfugiés Comtat) a fait le point pour préparer la

Fête de soutien aux réfugiés le 05/06

1/ Lieu: Hippodrome de Carpentras, sur la route qui va de Carpentras à Saint Didier. Parking fléché à partir de l’entrée principale de l’hippodrome.

2/ Horaires: Journée, à partir de midi, jusqu’au soir après dîner

3/ Programme: (avec souplesse sur les horaires annoncés)

Musiques diverses, dont: groupes « Mona Lisa », Jazz manouche, « Funky Toes », ainsi que musique et danses de leurs pays par réfugiés. Les prestations musicales se répartiront dans la journée, par entente entre groupes de musique. Une bande acoustique sera aussi utilisée.

Animations:

– Une représentation théâtrale aura lieu l’après-midi, vraisemblablement vers 16h30: thématiques sur les réfugiés, mais « on rit beaucoup ».
– Un « atelier chapeaux » est à disposition.
– Un atelier « dessins collectifs ».
– Une vente aux enchères d’œuvres d’art offertes par les artistes    eux-mêmes.

– Partages de parole, témoignages, contacts.
– Les collectifs d’aide auront sur place un espace contact avec une table et éventuellement des documents pour information et prises de contact.   

Repas et nourriture: 

– Les réfugiés prépareront un repas: un plat afghan avec poulet, riz, légumes. Nombre de repas limité: il faut réserver si l’on veut y participer, avant le 29 mai:
04 90 63 49 00 ou: 04 90 61 69 28,
ou sur le site du collectif organisateur:
collectifrefugiescomtat@gmail.com
(Pas de service à la table: on vient se servir au comptoir.)

– Des portions de plats divers, des boissons variées, faciles à utiliser, du café et des thés, des gâteaux seront proposés pour midi, mais également pour le reste de la journée, ce qui rendra aussi possible une collation dînatoire pour ceux qui veulent.

Participation financière: 

Les ressources dégagées par cette journée seront utilisées soit par les réfugiés eux-mêmes, qui sont très démunis, soit pour leurs besoins directs en liaison avec leurs accompagnateurs des collectifs d’aide aux réfugiés (ex: transports, soins et traitements médicaux, aide pour nourriture, etc…).

Le prix d’entrée est fixé à 5€. Les prestations (nourriture principalement) seront payantes, mais les prix demandés très modiques. L’argent ne circule pas sur le site: 2 stands avec une caisse-tickets proposeront des bons de couleurs et valeurs différentes, à échanger sur le site contre la nourriture choisie et/ou certaines prestations. 

Logistique et aides diverses:

La logistique de base, l’organisation, la coordination sont prises en charge par le « Collectif Réfugiés du Comtat ».

Contacts: Jean Alain Mazas, coordinateur:

06 70 62 63 59 et jeanalain.mazas@gmail.com
collectifrefugiescomtat@gmail.com
 

On peut faire des propositions d’aide pour relayer les organisateurs au cours de cette longue journée: aider à cuisiner; servir le repas (12h30 – 15h) et aux stands nourriture + boissons le reste du temps; aide au nettoyage dans la journée, puis pour ranger et nettoyer le soir (là, il y a toujours besoin!).

[Les couverts, gobelets boisson, nappes, serviettes, ainsi que les boissons seront fournis par le « Collectif d’Aide aux Réfugiés de la Région Vaisonnaise ».
Contact: 04 90 37 62 98 – marie.lacombe0420@orange.fr
Les gâteaux sont apportés par le collectif de Pernes les Fontaines. ]

C ) Réseau Hospitalité – Compte-rendu de la rencontre du 30 avril 2016 à Aix-en-Provence

Valérie Rosier, Colette Sénéclauze et Hugues Gauchet se sont rendus à cette rencontre et nous communiquent leur rapport :

RESEAU « HOSPITALITE »: rencontre à Aix en Provence le 30/04/2016.

Historique: Né aux USA en 1985, le mouvement « Sanctuary » créait des « zones sanctuaires » pour accueillir et protéger réfugiés et migrants, avec ou sans papiers en règle.

Un réseau s’est créé en 2006 autour de Marseille, avec un petit écho dans les Eglises et associations, et se réveille en 2015 à la faveur de la crise des réfugiés.

Buts: la rencontre d’Aix en Provence avait pour but de doter le réseau
1/ d’une approche et de fondamentaux communs pour qu’il puisse se structurer en synergie pour 2/l’action en faveur des réfugiés.

Participants: 20 collectifs d’aide aux réfugiés en PACA et Rhône-Alpes étaient représentés, ainsi que des associations ou organismes comme le réseau Welcome, Adoma, ou encore Médecins sans Frontières ».

        1/Les fondamentaux:
    La matinée fut consacrée à les définir en répondant à la question: « sur quoi sommes-nous d’accord? », avec comme objectif la rédaction d’une charte qui définisse les attitudes et prises de position communes. Il en ressort:

a/ On ne s’aligne pas sur le codage verbal et/ou juridique qui classe les « réfugiés » et « migrants », « sans papiers », « économiques » en catégories distinctes, traitées différemment: l’hospitalité s’adresse transversalement de façon égale sur la base de l’humanité partagée entre tous.

b/Implications: –Pas de hiérarchie (« réguliers » et « irréguliers »), mais des actions adaptées, différenciées.
–Sur les bases ainsi définies, il se peut que le réseau ou ses membres agissent parfois « hors la loi », et seront alors solidaires.
–Le réseau « Hospitalité » n’est en aucun cas supplétif des carences de l’Etat, même s’il peut en être interlocuteur ou partenaire.
–Aide et accompagnement vers l’insertion sociale et/ou professionnelle ne sont pas assistanat.

2/Action et synergies:
    L’après-midi a vu traiter 8 sujets, avec 8 commissions, synthèse en collectif et court débat sur chacun des sujets:

— Hébergement (et ruralité).
— Accompagnement administratif et juridique.
— Sensibilisation des élus et des publics.
— Français langue étrangère et insertion, interprétariat.
— Communication interne au réseau (outils), avec les réfugiés, et en direction des publics.
— Parcours d’insertion sociale et professionnelle; travail, emploi.
— Convivialité, fêtes, manifestations.
— Santé et soins.

3/Décisions finales (unanimité):
— Un compte-rendu détaillé sera diffusé à tous les organismes et groupements présents (ils sont répertoriés par les organisateurs).

— Un projet de charte sera diffusé, fondé sur des engagements pour l’action dans l’axe des fondamentaux définis en commun (ci-dessus).
— Le réseau se réunira 3 fois par an, la prochaine fois en octobre 2016.
— Le programme d’octobre sera élaboré en commun via les outils de communication interne mis en place, et un blog à venir prochainement. 

D ) Témoignage de Dominique Bourgeois sur les jungles du Pas-de-Calais

Présentation des jungles de Norrent Fontes et Chocques et de l’intervention de l’association Terre d’Errance.

Depuis plus de dix ans, des exilés, Erythréen.ne.s, Ethiopien.ne.s, Soudanais.e.s sans refuge traversent Norrent-Fontes pour tenter d’entrer dans les camions stationnés sur l’aire d’autoroute toute proche et rejoindre l’Angleterre.

En 2007, un collectif d’aide est créé par quelques habitants. En 2008 les statuts de Terre d’Errance sont déposés en Préfecture.

En 2012, le camp de fortune dans un fossé, au milieu des champs est détruit par les pouvoirs publics. Avec l’accord de la municipalité, hospitalière à cette époque, et l’appui de Médecin du Monde, 4 baraquements sont construits. 2 d’entre eux seront détruits par le feu en 2015. De nombreux citoyen.e.s reconstruiront le 10 octobre contre l’avis de l’Etat et de la nouvelle municipalité qui a émis un arrêté d’interruption des travaux. L’enquête est toujours en cours et l’association risque 75 000€ d’amende et 3 mois d’emprisonnement.

La vie des 250 exilé.e.s qui survivent aujourd’hui sur le campement est difficile chaque jour, les besoins primaires en eau, électricité, chauffage, santé ne sont pas respectés par les services publics.

Une autre jungle s’est construite pas très loin de Norrent Fontes, à proximité de l’aire d’autoroute en amont sur un terrain privé de la SNCF.

25 exilés y survivent actuellement, un arrêté d’expulsion a été prononcé suite à la plaint déposée par la SNCF. L’expulsion devrait bientôt avoir lieu !!! Les militants sont en alerte et très présents sur la jungle.

Il existe également d’autres jungles dans notre Région, bien sûr celle très connue de Calais, très présente dans les médias, ainsi que celle de Grande-Synthe (le maire « hospitalier » s’est engagé personnellement et contre l’avis de l’Etat à la rendre plus humaine).

D’autres, plus petites, mais dont les conditions de vie sont toujours contraires aux droits élémentaires de l’homme, se sont installées toujours près d’une aire d’autoroute, du passage des camions.

La plupart de ces exilé-e-s n’ont qu’un souhait : rejoindre l’Angleterre dont ils connaissent la langue, où ils ont de la famille, des amis, et où ils ont l’impression qu’ils y seront mieux accueillis.

Terre d’ Errance est membre de la Plateforme de services aux migrants : PSM

http://www.psmigrants.org/site/

L’intervention des militants de Terre d’Errance se situe à 2 niveaux :

Une Aide humanitaire et sociale 

– Permettre à des hommes et des femmes de se doucher au moins une fois par semaine, de se changer ou de laver leurs vêtements. Leur donner de la nourriture quand l’argent vient à manquer, leur donner un accès aux soins médicaux (sur le camp et accompagnement dans certains services médicaux), améliorer leurs conditions de vie dans les fossés.

– Soutenir psychologiquement ces hommes et ces femmes qui ont souvent vécu des événements traumatisants.

– Les informer de leurs droits en tant qu’êtres humains et demandeurs d’asile potentiels, discuter avec eux des solutions possibles pour améliorer leur situation, les accompagner dans certaines démarches liées à la demande d’asile.

La Sensibilisation :

– Lutter contre la xénophobie en informant la population de ce que sont les migrants, du pourquoi de leur présence en France.

– Alerter les élus et les responsables politiques de ce qui se passe sur notre territoire.

– Soutenir, faire le lien avec les institutions du secteur intervenant auprès des migrants, des demandeurs d’asile ou des réfugiés et plus largement avec les autres structures d’insertion sociale.

Notre association se veut une tireuse d’alarme. Nous sommes et nous restons avant tout des citoyennes et citoyens touché.e.s par les situations dans lesquelles sont maintenues les personnes migrantes.

Nous n’avons pas pour vocation à gérer la question à la place des services publics et des structures d’accompagnement social partenaires de l’Etat.

Nous voulons que l’Etat prenne ses responsabilités

Pour nous joindre : Terre d’Errance, 18, rue du Grand Marais   62190 Ham en Artois  06.95.28.29.43

https://terreerrance.wordpress.com/

https://www.facebook.com/terrederrance/

E ) Financement de nos collectifs

Josette Fournié avait soulevé la question du financement pérenne de nos actions. Chaque collectif avait été invité à soumettre des suggestions à Colette Sénéclauze, qui n’a eu aucun retour.

Les personnes présentes expriment unanimement leur désir de ne pas créer inutilement des structures lourdes à gérer, préférant pour l’instant garder leur autonomie et la liberté d’agir rapidement et sans formalité en cas de besoin urgent, y compris dans la solidarité envers un collectif dans la difficulté.

La prochaine réunion sera fixée après la fête de Carpentras le 5 juin 2016
Les collectifs seront avertis par courriel et par le Blog

Ont contribué à la rédaction de ce compte-rendu : Annie Molinet,  Jean-Alain Mazas, Hugues Gauchet, Colette Sénéclauze, Valérie Rosier et notre invitée Dominique Bourgeois (Pas-de-Calais)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s